Sénatoriales 2018 : grand suspense sur les 30 nominations

Sénatoriales 2018 : grand suspense sur les 30 nominations

Au plus tard le 15 avril selon la législation, le président de la république fera connaitre par décret, les 30 sénateurs qui compléteront le collectif de la chambre haute.

Pour compléter les 30 places restantes au Sénat, la loi 2012-001 du 19 avril 2012 portant code électoral, autorise cette prérogative au chef de l’État. Cependant avec la razzia qu’a opérée le Rdpc au cours de cette élection à l’issue des résultats du 5 avril dernier, certains partis politiques se retournent les doigts. En outre, le SDF dit attendre au moins 3 prochains sénateurs du président de la République pour pouvoir constituer un groupe parlementaire. Selon certaines indiscrétions, le chairman Ni John Fru Ndi est pressenti pour occuper un poste de sénateur.

Par ailleurs, des anciens collaborateurs du président aujourd’hui oubliés sur la scène politique croient ferment en une éventuelle résurrection, tout comme de nombreux directeurs généraux ou de ministres. En attendant la prochaine plénière de plein droit dans les prochains jours qui va dévoiler les nouveaux visages dans la direction de l’institution, des sources crédibles laissent entendre que Marcel Niat Njifendi au perchoir depuis 2013, pourra laisser sa place à un natif des régions anglophones.

Les partis alliés à la formation RDPC attendent aussi impatients, le texte du chef de l’Etat. C’est le cas de l’union nationale pour la démocratie et le progrès (UNDP) de Bello Bouba Maïgari, avec le précédent des sénatoriales dans la région de l’Adamaoua.

L’union des populations du Cameroun (UPC), un autre parti de la majorité présidentielle, avait déjà invité ses électeurs à voter pour les listes du RDPC dans certaines régions. Même si l’âme immortelle du peuple camerounais ne justifie pas d’une assise nationale forte, l’UPC attend quelque chose dans le décret à venir du chef de l’Etat. Que dire du front pour le salut national du Cameroun (FSNC) dont le président national Issa Tchiroma Bakary, est présenté comme un inconditionnel de Paul Biya. Mais pour l’heure, il n’y a que le RDPC qui disposera d’un groupe parlementaire à la chambre haute du parlement. En attendant le décret du président de la république qui tombera incontestablement cette semaine, il y a déjà au sénat, pour le compte de la deuxième législature, deux partis politiques : le RDPC et le SDF.

 

Précedent Le barrage hydroélectrique de Memve’ele : le pari du développement local
Suivant Buea: Mayor Ekema dropped from the University of Buea

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 97 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu

Développement local. Les maires pilotent désormais les chantiers routiers de leurs localités.

C’est la déclaration phare faite à la presse le 15 janvier par Emmanuel Nganou Djoumessi, ministre des travaux publics. « Les maires sont maîtres d’ouvrage en ce sens que ce sont

Actu Cameroun

La CUD et la guilde européenne du raid en synergie pour la protection de l’environnement

Dans le cadre du projet WEECAM, les deux institutions ont procédé le 23 janvier dernier à Douala, à la signature d’une convention majeure. Évalué à près de 3,9 milliards FCFA,

Actu Cameroun

BAFOU – DSCHANG : Le village pleure la reine-maire

Chefs traditionnels, notables, élites politiques et populations s’accordent sur le fait que la disparition de « Ma’a Meffo Nkonla’ah » est une grande perte pour le département en particulier et

1 Commentaire

Laisser un commentaire