Massacre de Ngarbuh: Human Rights Watch exige « l’équité » avant le procès des soldats prévu le 17 décembre

Massacre de Ngarbuh: Human Rights Watch exige « l’équité » avant le procès des soldats prévu le 17 décembre

Alors que le procès de trois soldats accusés d’avoir commis le meurtre de civils à Ngarbuh s’ouvre le 17 décembre, Human Rights Watch a demandé aux autorités camerounaises « d’assurer un procès équitable, la sécurité des participants et de poursuivre tous les responsables ».

Dans une dépêche, l’ONG dit s’attendre à ce que ce procès soit une étape importante dans la lutte contre l’impunité.

« Les meurtres de Ngarbuh, le 14 février 2020, ont été l’un des pires incidents d’abus commis par les forces de sécurité camerounaises depuis le début de la crise dans les régions anglophones du pays fin 2016 », lit-on en partie dans la dépêche.

« Deux soldats et un gendarme ont été arrêtés et accusés de meurtre, incendie criminel, destruction, violence contre une femme enceinte et désobéissance aux ordres. Dix-sept membres d’un groupe d’autodéfense et un ancien combattant séparatiste ont également été inculpés mais sont toujours en liberté. Alors que les officiers supérieurs des forces de sécurité qui peuvent assumer la responsabilité du commandement n’ont pas été arrêtés ou inculpés », relate le même document.

« Les survivants et les membres de la famille des personnes assassinées à Ngarbuh sont enfin un pas de plus vers l’obtention de la justice », a déclaré Ilaria Allegrozzi, chercheuse principale sur l’Afrique à Human Rights Watch. « Garantir un procès équitable aux personnes accusées des meurtres – un procès ouvert au public et où tous les participants se sentent convaincus que leur sécurité est garantie – sera crucial pour aider à mettre fin aux cycles de violence et d’impunité qui ont frappé les anglophones. régions au cours des quatre dernières années ».

Un gouvernement qui a finalement accepté de créer une commission d’enquête

Human Rights Watch rappelle que le gouvernement a initialement nié que l’armée était responsable des meurtres et « s’est lancé dans une campagne de dénigrement contre les organisations de défense des droits humains et les médias qui avaient dénoncé le massacre ».

« Mais le 1er mars 2020, suite à la pression internationale, notamment de la France, le président Paul Biya a accepté de créer une commission d’enquête. Le 21 avril, le gouvernement camerounais a admis que ses forces de sécurité portaient une part de responsabilité dans les meurtres et a annoncé en juin l’arrestation des deux soldats et d’un gendarme », a déclaré Human Rights Watch.

Précedent Décentralisation: Que devient le statut spécial des régions anglophones?
Suivant France: La Maire de Marseille Michèle Rubirola dépose sa démission!

Auteur

Vous pourriez aussi aimer

Actu

Services essentiels : La France propose son appui pour l’amélioration de la production de l’eau

Le Ministre de l’énergie et de l’eau Gaston Eloundou Essomba et Gilles Thibault ont évoqué des projets en cours et ceux futurs au cours d’une audience jeudi 21 mars 2019

Actu Monde

Environnement : Ce qu’il faut savoir des enjeux de la COP 25 à Madrid

« L’Humanité doit choisir entre l’espoir d’un monde meilleur en agissant ou la capitulation », a déclaré lundi Antonio Guterres à l’ouverture de la COP25, lors de laquelle 196 pays sont appelés

Actu Cameroun

Forum du Commonwealth : le Cameroun à la vice-présidence

La rencontre de cette instance internationale qui porte sur les gouvernements locaux tenu les 13 et 16 avril dernier au Royaume-Uni, a vu le Cameroun être honoré. Une victoire diplomatique ?

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire