Barthelemy Kom Tchuente : « les élections sénatoriales ne présentent aucun enjeu pour le Rdpc qui est garanti de gagner la totalité des 70 sièges »

Barthelemy Kom Tchuente : « les élections sénatoriales ne présentent aucun enjeu pour le Rdpc qui est garanti de gagner la totalité des 70 sièges »

Le spécialiste des questions de décentralisation livre à Villes et Communes, son regard sur l’actualité récente au Cameroun, les sénatoriales et la mise sur pied du conseil constitutionnel.

 Kom Tchuente, quelle lecture faites-vous de la stratégie dévoilée par le RDPC via une circulaire en vue des sénatoriales du 25 Mars prochain ?

Qu’à cela ne tienne, les élections sénatoriales ne présentent aucun enjeu pour le RDPC qui est garanti de gagner la totalité des 70 sièges de sénateurs élus. La seule stratégie qui reste donc à ce parti c’est  peut être de faire disqualifier les listes dans quelques régions comme en 2013, afin de favoriser une coloration politique de la Chambre haute du Parlement.

Quel est selon vous la signification de l’entrée en scène effective du Conseil constitutionnel et des comportements des formations politiques notamment de l’opposition ?

Enfin le Conseil Constitutionnel a été mis en place. C’est une bonne chose pour l’avancée de la démocratie au Cameroun. Le maçon sera jugé au pied du mur. Une coloration jeune aurait donné plus d’espoir aux jeunes en cette veille de la fête de la Jeunesse. Hélas! En ce qui concerne la convocation du corps électoral pour les élections sénatoriales, le délai a été rigoureusement respectée car le Président de la République avait jusqu’au 18 février pour le faire. Ces élections ne présentent pas d’enjeu majeur sur le plan démocratique car le RDPC, parti au pouvoir, compte la majorité des conseillers municipaux électeurs dans toutes les dix régions du Cameroun; donc ce parti gagnera d’office les 7 sièges mis en compétition dans cheque région  soit la totalité des 70 sièges  de sénateurs élus, car il s’agit d’un scrutin de liste sans vote préférentiel ni panachage.

Le perdant dans tout cela sera le SDF, premier parti de l’opposition, qui avait profité de la disqualification des listes du RDPC dans les régions de l’Ouest et de l’Adamaoua pour gagner les 7 sièges d’élus de ces deux régions et disposer ainsi de 14 sénateurs avec un groupe parlementaire au Sénat. Tous ces résultats en faveur du SDF ont été obtenus grâce au soutien du RDPC soupçonné d’être à l’ origine de la disqualification de ses 2 listes dans les 2 régions concernées, afin d’avoir une coloration de la composition du sénat avec l’opposition pour servir de propagande démocratique. Le RDPC est même allé plus loin en donnant des consignes à ses conseillers électeurs et en battant même campagne en faveur du SDF et contre des partis qui étaient plus représentatifs en nombré d’électeurs que le SDF. C’est ainsi par exemple que le SDF a reporté la totalité des sièges de sénateurs élus de la région de l’Adamaoua alors que ce parti n’a même pas un conseiller municipal dans cette région; pourtant les sénateurs représentent les collectivités territoriales décentralisées au sein du parlement. Ainsi va la démocratie camerounaise.

Cette fois-ci le SDF se mord les doigts car il n’y aura probablement pas un remake de 2013 avec la disqualification des listes et les sénateurs sortants de ce parti ont déjà pris gout de multiples avantages et privilèges que leur offraient leurs postes. Ce n’est pas facile d’abandonner tout cela du jour au lendemain. Peut-être vont-ils même s’accrocher au serpent pour survivre!!! Wait and See. Toujours est-il qu’à fleurter avec le RDPC au détriment du peuple, le RDPC se trouve aujourd’hui dans l’impasse et dos au mur. Ce virage mal négocié et la multiplicité des candidatures annoncés au sein de ce parti en vue de la prochaine élection présidentielle pourraient contribuer à  le fragiliser davantage voire même le déstabiliser. Le prochain NEC du 9 février nous en dira plus. Wait and See. Le peuple souverain aura des arguments pour savoir qui travaille pour l’intérêt général ou alors ceux qui travaillent pour leurs intérêts égoïstes.

Précedent BIP 2017: Régression du taux de réalisation
Suivant Festival FOMARIC : les festivités lancées!

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 214 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu Monde

France : les maires des communes rurales restent vigilants

L’Association des maires ruraux de France a rencontré le mercredi 24 octobre 2018, le Premier ministre Edouard Philippe, et plusieurs membres du gouvernement pour faire le point sur le rôle

Actu

Urbanisation. Douala aménage des pôles pour faciliter la circulation des populations

La Communauté urbaine a plaidé pour des études relatives à la construction de pôles par arrondissements. Cinq arrondissements de la capitale économique seront l’objet de la construction de pôles par

Dossiers

Africités 2018 : Nouveau record de participation

L’édition 2018 du Sommet Africités a accueilli 10 000 participants. Nouveau record. Dès la journée du 23 novembre 2018, les organisateurs du 8e Sommet Africités savait qu’une page d’histoire venait

2 Commentaires

Laisser un commentaire