Sénégal : le Haut Conseil des Collectivités Territoriales  en marche

Sénégal : le Haut Conseil des Collectivités Territoriales  en marche

C’est ce qu’a tenu à rassurer son président Ousmane Tanor Dieng devant le Cercle des communicants en Décentralisation (2CD).

Le Président du Haut Conseil des Collectivités Territoriales(HCCT), Ousmane Tanor Dieng a reçu le 30 avril, une délégation du Cercle des Communicants en Décentralisation (2CD). La rencontre a été l’occasion pour lui de saluer le dynamisme des communicants en décentralisation avec qui, il compte bâtir un partenariat gagnant -gagnant autour des questions de décentralisation et de développement territorial.

Ousmane Tanor Dieng a tenu lors des assises, à rappeler l’importance de la communication institutionnelle dans une société où l’information est un instrument de gouvernance, de pouvoir et de sensibilisation. Surtout pour le HCCT, nouvelle institution créée par loi constitutionnelle n° 2016-10 du 05 avril 2016. A cet effet, il a rappelé que le HCCT est une assemblée consultative qui a pour mission d’étudier et de donner un avis motivé sur les politiques de décentralisation et d’aménagement du territoire. Pour son président, le HCCT a donc la compétence nécessaire pour participer au suivi de l’élaboration et la mise en œuvre des politiques de décentralisation, de développement et d’aménagement du territoire ; pour concourir au renforcement du dialogue entre l’Etat et les acteurs territoriaux. Le HCCT est aussi compétent pour promouvoir les bonnes pratiques dans la gestion des collectivités territoriales. A cela s’ajoute le fait de recevoir et examiner les rapports sur le contrôle de légalité, sur le fonctionnement des collectivités territoriales sur l’état de la coopération décentralisée.

Ousmane Tanor Dieng a aussi rappelé que le HCCT élabore un rapport annuel pour le Président de la République sans oublier le fait que l’institution a la possibilité de donner de façon autonome, un avis et des recommandations sur toutes les questions liées à ses domaines de compétence.

C’est ce qui a permis à Ousmane Tanor Dieng de dire haut et fort devant ses convives que le HCCT est en marche. Selon lui, il est en marche pour une bonne implémentation de la phase 2 de l’Acte 3 de la décentralisation.

Précedent Québec: création d'un fonds local de solidarité dans la MRC des Moulins
Suivant Autoroute Yaoundé-Nsimalen : Les études d’aménagement ont démarré

Auteur

Nadia Dicka Lobe
Nadia Dicka Lobe 97 Articles

Journaliste passionnée, elle fait ses débuts en presse écrite, puis en radio. Au fil du temps elle se familiarise avec la rédaction web. Récemment son travail est axé sur les questions de décentralisation, de gouvernance locale et de développement local.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu Afrique

Changements climatiques : quelques villes citées en exemple

Des villes sénégalaises ont, avec l’appui de l’Etat et des partenaires au développement, tenté d’apporter des réponses à certaines questions liées aux effets des changements climatiques. L’une de ces villes

Actu Afrique

Élections locales en Côte d’Ivoire : le RHDP déclaré vainqueur

Le parti au pouvoir emporte la majorité des sièges lors des élections locales. Annonce en a été faite par la commission électorale le 16 octobre 2018. Avec 60 % des

Actu Afrique

Orientation : Dans l’attente de la Charte africaine de la décentralisation

Depuis le Sommet Africités tenu à Windhoek en Namibie en mai 2000, les collectivités territoriales du continent avaient posé les prémisses d’une structuration du mouvement africain des autorités locales et

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire