France: Une police de l’environnement va patrouiller dans les zones touristiques

France: Une police de l’environnement va patrouiller dans les zones touristiques

Pour préserver la nature, une campagne nationale a été lancée pour mobiliser une équipe de policiers. Ils seront cette fois au service de la nature en sillonnant les zones touristiques de toutes les régions françaises.

Sur terre comme en mer, une police de l’environnement sera déployée dans les zones de forte affluence partout en France. Les autorités ont décidé d’anticiper le mouvement des touristes en mobilisant quelque 1500 policiers. Cette équipe aura pour rôle de surveiller et protéger les habitats naturels fragiles durant toutes les vacances d’été, afin de sensibiliser les visiteurs à la préservation de la biodiversité. Dans un communiqué, Pierre Dubreuil, directeur général de l’Office français de la biodiversité (OFB), explique la nécessité de cette campagne de sensibilisation portée par les forces de l’ordre : “Les agents de l’OFB sont mobilisés pour accompagner les Français dans leurs retrouvailles avec la nature. Grâce à cette campagne inédite, je souhaite que la biodiversité remonte dans le classement des préoccupations des citoyens de notre pays, au même titre que la situation économique ou sociale. Nous n’avons désormais plus le choix, il nous faut collectivement passer du constat à l’action et traduire les données scientifiques alarmantes sur la destruction de la nature en engagement quotidien pour la biodiversité.”

Le tourisme, facteur de pollution et dégradation

La période estivale est synonyme de tourisme de masse souvent concentré sur les littoraux. Ce phénomène s’est accru ces dernières années et a des répercussions considérables sur l’environnement. À commencer par la surconsommation des ressources naturelles, telle que l’usage excessif de l’eau potable pour remplir les piscines dans les stations balnéaires.

Selon les rapports de la WWF, les touristes contribuent à la pollution de l’air, des mers et des milieux naturels visités. Ces activités humaines peuvent ainsi engendrer la disparition de la biodiversité et des écosystèmes, entraînant même parfois la fermeture de lieux publics.

Pour atténuer ces risques, cette police de l’environnement présente sur le terrain conseillera les touristes sur les espèces fragiles et protégées se trouvant sur les lieux. Outre sa mission de prévention, elle pourra également sanctionner les mauvais comportements : en cas de constat de dégradation volontaire sur les milieux conservés, une amende de 135 euros pourra être attribuée au contrevenant. 

Source : linfodurable.fr

 

Précedent Evasion fiscale: Plus de 825 milliards d’Euros de pertes en Europe
Suivant Congo – Communauté urbaine d’Ignié: La Covid19 comme défi pour la nouvelle Maire

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 933 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu

Kumba: Plusieurs enfants tués dans l’attaque d’une école

Alors que sévit depuis 2016, la crise dans les deux régions anglophones, des attaques contre des civils se multiplient. Samedi 24 Octobre 2020, une attaque d’une barbarie indescriptible a eu

Actu Cameroun

Développement local : Les Communes du Nord, de l’Extrême-Nord et l’Ouest en recul

D’après le Programme national de développement participatif, un grand nombre de communes dans les 10 régions que compte le Cameroun ont du mal à produire des résultats probants.

Actu

Protection de la nature : 3 régions ciblées par le ministre Helle Pierre

Avec l’appui de l’Université LAVAL au Québec, un atelier de formation et de renforcement des capacités sur les systèmes agro-forestiers résilients aux changements climatiques au Cameroun, s’est tenu  mercredi 13

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire