Fortune Publique: 50 responsables convoqués au Conseil de Discipline du CONSUPE

Fortune Publique: 50 responsables convoqués au Conseil de Discipline du CONSUPE

Une cinquantaine (53) anciens et actuels responsables issus d’une quinzaine d’organismes et d’administrations publics défilent en principe depuis le 10 novembre devant le Conseil de discipline budgétaire et financière (CDBF) du ministère chargé du Contrôle supérieur de l’Etat (Consupe).

Parmi eux, des figures bien connues à l’instar d’Antoine Bikoro Alo’o, ex-directeur général du Chantier naval et industriel du Cameroun, le Pr. Jean Calvin Aba’a Oyono, ex-président de la Commission permanente de médiation et de contrôle des organismes de gestion collective du droit d’auteur et des droits voisins ou Martin Vofo, ex-percepteur à l’ambassade du Cameroun en Algérie.

Comme motif de leur convocation devant cette instance de contrôle des finances publiques, le communiqué signé le 9 novembre 2020 par le Consupe et présidente du CDBF, Mbah Acha Rose Fomundam, se contente de parler d’ « affaire urgente ». A la réalité, les mis en cause sont soupçonnés ou impliqués dans des malversations.

En tant que « gendarme » de la gestion publique, le Consupe effectue, à travers ses vérificateurs, sur place et sur pièces, des contrôles de conformité et de régularité, de nature financière, de performance et de l’environnement.

Déni de compétence

Ses rapports de missions de contrôle sont le déclencheur de la plupart des procédures judiciaires ouvertes dans le cadre de la campagne d’assainissement des mœurs publiques baptisée « Opération épervier ». Celle-ci a déjà conduit en prison un ancien Premier ministre, deux anciens secrétaires généraux de la présidence de la République et de nombreux anciens ministres et directeurs généraux de sociétés d’Etat.

Mais ces rapports, depuis quelques années, suscitent le débat. D’aucuns estiment que les inspecteurs d’Etat ne disposent pas toujours des compétences requises pour contrôler avec efficacité la gestion publique. Par exemple, alors qu’un rapport du Consupe accusait l’ancien ministre de la Santé publique Urbain Olanguena Awono d’un détournement de près de 15 milliards FCFA, devant la justice ce montant a chuté à moins de 200 millions FCFA.

En plus du déni de compétence, les accusations de rançonnement des responsables contrôlés sont monnaie courante. Et ont parfois entrainé des sanctions. Il y a près de 10 ans, l’alors Consupe, Siegfried Etame Massoma, a suspendu trois inspecteurs d’Etat parmi les plus respectés pendant un an pour violation des principes déontologiques.

Source: Stopblablacam

Précedent Le Ministre Atanga Nji signe l'interdiction du Mouvement "10 Millions de Nordistes"
Suivant Inondations à Kousseri: Les Sapeurs Pompiers viennent en aide à 10 000 personnes

Auteur

Vous pourriez aussi aimer

Actu

Remaniement en France: Barbara Pompili à la Transition écologique

Barbara Pompili rejoint le nouveau gouvernement de Jean Castex ce 6 juillet 2020 à la suite d’une nomination très attendue. Elle remplace à ce poste Elisabeth Borne. Mais qui est

Actu

Coopération décentralisée : « Copra », un projet de mutualisation pour aider le Burkina Faso

Face à la situation économique du Burkina Faso, un projet de mutualisation, intitulé Copra, a été mis en place par des collectivités franc-comtoises. Le budget triennal d’1,2 million d’euros est utilisé

Actu

Décentralisation: L’AGDLD réunit les maires pour des opportunités de coopération

L’agence de Gouvernance, developpement local et durable, a organisé le 28 février 2019 à Yaoundé, un café débat autour des élus locaux de la région du Centre, pour des ouvertures

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire