Villes résilientes: 128 Milliards de FCFA pour réamenager Douala

Villes résilientes: 128 Milliards de FCFA pour réamenager Douala

La Banque Mondiale et l’Etat s’apprêtent à décaisser la somme de 128,884 milliards F CFA afin de métamorphoser la capitale économique, dans le cadre du Projet des villes inclusives et résilientes du MINHDU.

A travers ce financement, la Communauté Urbaine de Douala va mettre en œuvre le Projet de Développement des Villes Inclusives et Résilientes (PDVIR). Un accord a été paraphé entre Elisabeth Huybens représentant la Banque Mondiale et Célestine Ketcha Courtès, Ministre de l’Habitat du Développement Urbain qui agissait au nom de l’Etat du Cameroun. L’objectif du Projet de Développement des Villes Inclusives et Résilientes est d’améliorer la gestion urbaine et l’accès à l’infrastructure dans les zones urbaines.

Le projet vise entre autres la construction des routes. Il est question d’améliorer la circulation dans le chef-lieu du département du Wouri. Les embouteillages empêchent la mobilité des populations à l’intérieur de la ville de Douala. De l’avis de Fritz Ntoné Ntoné, le projet consiste non seulement à doter sa ville des infrastructures routières, mais aussi, à réaliser des drains et d’autres projets pouvant améliorer le quotidien des Doualais.

Il est conçu pour les quartiers sous-équipés. Le PDVIR veut accroitre la résilience aux aléas naturels et autres crises éligibles. Le projet vise l’inclusion spatiale en améliorant l’accès à l’infrastructure et aux services urbains pour les résidents des quartiers pauvres, l’inclusion économique en favorisant l’accès aux opportunités économiques pour ces résidents, l’inclusion sociale en renforçant l’engagement des citoyens et la mise à niveau in situ pour minimiser la réinstallation et réduire les coûts.

Le PDVIR promeut la résilience physique et socio-économique des communautés urbaines vulnérables et l’appui à l’adaptation au changement climatique. Il se subdivise en quatre composantes. Primo, le renforcement des capacités pour une gestion urbaine inclusive et résiliente. Secundo, l’amélioration de la connectivité et du cadre de vie dans les villes bénéficiaires. Tertio, la composante contingente d’intervention en situation d’urgence. Quarto, la gestion, la coordination, la gestion environnementale et sociale, la suivi et évaluation.

Précedent Paris - mobilité urbaine: L'éclairage public au service des voitures hybrides!
Suivant Océan Pacifique - déchets plastiques: Une association se lance un pari fou!

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 705 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu

UEMOA : Deux nouveaux programmes d’appui à la décentralisation lancés

Il s’agit de deux initiatives phares lancées à l’occasion du 25ème anniversaire de l’union économique et monétaire ouest-africaine le 10 janvier 2019 à Ouagadougou.

Actu

Mairie d’Istanbul : L’échec cuisant pour Erdogan!

À 49 ans, Ekrem Imamoglu s’est imposé avec plus de 54% des voix comme le champion d’une opposition longtemps incapable d’entailler l’armure du président turc.

Actu Cameroun

Mobilité urbaine: 48% des camerounais pour le métro!

C’est la substance d’un sondage réalisé le 12 Octobre 2019, en lien avec l’aménagement des villes durables au Cameroun.

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire