Burkina : le SYNACSAB en sit-in

Burkina : le SYNACSAB en sit-in

Attirer l’attention du gouvernement sur la nécessité de professionnaliser le corps des administrateurs civils et de stabiliser la fonction de secrétaire général de collectivité territoriale. C’est la principale raison de ce mouvement annoncé par le Syndicat national des administrateurs civils, des secrétaires et adjoints administratifs du Burkina (SYNACSAB) le vendredi 16 février 2018 lors d’un point de presse.

La plateforme revendicative avait été déposée le 26 avril 2017. Le SYNACSAB attirait l’attention du gouvernement sur la nécessité de restaurer l’autorité de l’Etat, de professionnaliser le corps des administrateurs civils et de stabiliser la fonction de secrétaire général de collectivité territoriale.

Face au silence de l’autorité, un premier sit-in de protestation a eu lieu le 28 juin 2017. Des sanctions s’en sont suivies. Entre autres, des affectations arbitraires et menaces de tout genre, selon les animateurs de la conférence de presse du 16 février 2018.

Pour le SYNACSAB, c’est ce « mépris » qui leur a fait exiger le départ du chef du département en charge de l’administration territoriale. Pour les apaiser, quelques-unes de leurs préoccupations ont été prises en compte. « Pour les préoccupations qui doivent permettre au corps des administrateurs civils de retrouver ses lettres et de jouer pleinement son rôle d’acteur du développement, rien n’est fait », souligne Bidiga Adama, secrétaire général national du syndicat.

Les gouvernorats, les Hauts commissariats et l’immeuble du Faso abritant leur ministère de tutelle sont les lieux du sit-in. Le mouvement d’humeur sera immédiatement reconduit du 26 février au vendredi 2 mars 2018 si le syndicat n’obtient pas satisfaction.

Précedent Une trentaine de forages pour les populations du Nord
Suivant France :1400 communes perdent les aides agricoles

Auteur

Nadia Dicka Lobe
Nadia Dicka Lobe 98 Articles

Journaliste passionnée, elle fait ses débuts en presse écrite, puis en radio. Au fil du temps elle se familiarise avec la rédaction web. Récemment son travail est axé sur les questions de décentralisation, de gouvernance locale et de développement local.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu Afrique

Les communes reçoivent 514,6 milliards FCFA du FEICOM

Cette somme a été versée aux 374 communes et communautés camerounaises de 2011 au premier trimestre 2018. De 2011 au 1er trimestre 2018, le fonds spécial d’équipement et d’interventions intercommunales (FEICOM)

Actu

Sommet Climate Chance : les acteurs locaux se mobilisent contre le réchauffement climatique

Le deuxième sommet africain sur le climat à Accra, au Ghana du 16 au 18 Octobre 2019 a accouché de perspectives. Participants issus de la société civile et responsables territoriaux

Actu

Fiscalité africaine : L’urgence du continent à se saisir de l’économie numérique

L’omniprésence des réseaux sociaux majeurs dans l’écosystème économique africain, a prouvé la défaillance des Etats à les taxer, mais aussi à les encadrer. L’Académie internationale de justice fiscale émet un

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire