la guerre du droit à la Communauté Urbaine de Douala: que dit la loi

la guerre du droit à la Communauté Urbaine de Douala: que dit la loi

A la lecture de l’article 40 alinéa 7 du Code du travail, « Les délégués du personnel ne peuvent être licenciés que si leur emploi est supprimé et après autorisation de l’inspecteur du travail du ressort », or dans le cas d’espèce il n’en est rien au vu de la position officielle des rapports d’inspections du Ministère du Travail.

Les délégués du personnel concernés sont en scelle puisqu’ils réclament une couverture sanitaire qui leur revient en tant que travailleur au vu de l’article 98 alinéa 1, «  Toute entreprise ou tout établissement de quelque nature que ce soit, public ou privé, laïc ou religieux, civil ou militaire, y compris ceux rattachés à l’exercice de professions libérales et ceux dépendant d’associations ou de syndicats professionnels, doit organiser un service médical et sanitaire au profit de ses travailleurs ».

Toutefois, malgré la décision du Tribunal administratif de donner raison à la Communauté Urbaine de Douala en 2017, les grévistes sont encore délégués du personnel si l’on s’en tient à la clarification juridique contenue dans l’article 130 alinéas (3) « Tout licenciement effectué sans que l’autorisation ci-dessus ait été demandée et accordée est nul et de nul effet. L’alinéa 4 poursuit « Toutefois, en cas de faute lourde, l’employeur peut, en attendant la décision de l’inspecteur du travail, prendre une mesure de suspension provisoire. Si l’autorisation n’est pas accordée, le délégué est réintégré avec paiement d’une indemnité égale aux salaires afférents à la période de suspension. »

Face à la presse ce 14 février, le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala, Fritz Ntonè Ntonè, a indiqué que l’exécutif a désormais les yeux tournés vers le tribunal. Il a déploré les méthodes utilisées par les grévistes dès le mois de mars 2017, lorsque le préavis de grève avait été lancé. Le délégué du gouvernement a déclaré que les délégués n’ont pas respecté la réglementation, ni accepté les solutions proposées.

A lire aussi dans ce dossier

Précedent Coup de tonnerre à la communauté urbaine : de nouveaux délégués installés
Suivant Un guet d’apens lancé contre Fritz Ntone Ntone ?

Auteur

Nadia Dicka Lobe
Nadia Dicka Lobe 98 Articles

Journaliste passionnée, elle fait ses débuts en presse écrite, puis en radio. Au fil du temps elle se familiarise avec la rédaction web. Récemment son travail est axé sur les questions de décentralisation, de gouvernance locale et de développement local.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Dossiers

Les 10 qui ont fait l’année 2014

Ils sont bien plus nombreux qui auraient pu prétendre à ce classement, et à juste titre. Seulement, la rédaction de Villes & Communes a lancé ce qui sera une tradition

Dossiers

Handicap : pour des villes plus inclusives

Handicap International et le projet DECISIPH (Droit, Egalité, Citoyenneté, Solidarité et Inclusion des Personnes Handicapées) se sont associés pour promouvoir le concept de «ville inclusive» pendant le sommet Africités 2012.

Dossiers

10 Août 2012 : première édition de la JADDL

Première en fête pour une tradition Pour marquer la volonté des Etats africains à promouvoir le développement du continent en s’appuyant sur les collectivités locales, la journée du 10 août

3 Commentaires

Laisser un commentaire