La Communauté urbaine appelée à l’œuvre

La Communauté urbaine appelée à l’œuvre

Suite à cette situation, la Communauté urbaine qui reste la matrice en termes d’assainissement urbain a mise sur pied plusieurs projets dont le PADY. Des résultats pas toujours visibles et des interrogations fusent.

 Les inondations récurrentes dans la ville de Yaoundé interpellent une fois de plus les pouvoirs publics sur la question de la gestion ou l’entretien des drains. L’avenue Kennedy tout comme bon nombre d’artères s’est retrouvée prise au piège des intempéries. À l’énoncé un programme majeur en la matière a été mis sur pied par la CUY, il s’agit du Projet d’assainissement de Yaoundé (PADY) qui en est à sa phase 2.

Pourquoi donc, nonobstant des projets mis en œuvre, Yaoundé continue à être sous les eaux ? Nos sources convoquent tout d’abord la topographie de la ville. D’une superficie urbanisée de plus de 100 km2, la ville de Yaoundé présente un relief accidenté. La direction de la Protection civile (DPC) du ministère de l’Administration territoriale rappelle que le relief de Yaoundé n’offre que 70% de sa superficie à l’urbanisation. Il y a ensuite, la pluviométrie. Pas moins de 2000 mm d’eau/an.

Face à cette situation, l’Etat a envisagé quelques solutions. Il en est ainsi de l’augmentation de la capacité de drainage des eaux du Mfoundi et de ses affluents. Il est question du recalibrage et bétonnage du Mfoundi sur 6 kms; du recalibrage de quatre affluents du Mfoundi; de la réalisation d’ouvrages de franchissement des canaux et de rampes d’accès; de l’aménagement des berges du Mfoundi ; de la réalisation, à titre pilote, d’une infrastructure pour le dépotage et le traitement des matières de vidange des fosses d’assainissement des eaux usées. D’où les projets PADY qui ont vu le jour en 2002.

Le projet, financé d’un montant total de 22,3 milliards de francs Cfa, est piloté par le gouvernement camerounais avec l’appui des partenaires internationaux tels l’agence française de développement, le Fonds pour l’environnement mondial et la Banque Africaine de Développement (BAD).

Le projet en cours comprend deux lots, dont les travaux du Mfoundi en aval, démarrés en décembre 2015 au niveau de la SCDP jusqu’au-delà de l’échangeur Nsam, effectués par l’entreprise Razel. Le lot numéro deux est situé en amont à partir de la poste centrale jusqu’au pont de la gare. Cette partie en amont du Mfoundi est associée aux travaux de quatre autres affluents débutés en octobre 2015 et exécutés par la société chinoise Anshui Shuian.

Le délégué du gouvernement au cours d’un point presse le 28 février dernier, a rappelle via un communiqué officiel, que les travaux constitués pour ce PADY Phase 2, ont par endroit favorisé le débordement des eaux fluviales, en raison de la réduction de la section des canaux en construction. Le document renseigne sur l’effectivité de la construction des canaux de drainage d’ici au mois d’Octobre 2018, et permettront d’évacuer aisément les eaux. Les travaux d’extension du réseau d’eau potable ont quant à elles limitées l’évacuation rapide des eaux pluviales collectées par la chaussée.

Toutefois, le Coordonnateur du projet M. Gérard ESSI NTOUMBA contacté par Villes et Communes ce lundi 05 Mars, se veut rassurant. « Un document général sur la gestion et prévention des inondations est en phase d’élaboration, ainsi que le plan directeur d’assainissement, avec de nombreux acteurs dont la direction de la protection civile, l’agence française pour le développement, la BAD ; il aura pour fil un canevas précis pour pouvoir régler de manière efficace les inondations par le biais des propositions formulées en amont du projet. Il pourra voir le jour d’ici au mois de Juin. Il fera bien sur l’objet d’une communication. Par ailleurs, des séances pour la sensibilisation adressées aux populations seront organisées dans les prochains jours. La première interviendra en mi-mars. L’objectif sera d’apporter aux habitants de la cité-capitale, des informations utiles pour pouvoir leur  faire changer d’habitudes car voyez-vous, l’une des causes de ces inondations vient du fait notamment pour l’Avenue Kennedy, que les ordures de toutes natures se retrouvent jetées dans le Mfoundi ce qui bouchent inéluctablement le cours d’eau et empêche toute évacuation ».

A suivre dans ce dossier:

Le Programme d’assainissement de Yaoundé, une issue probable

Précedent Le Programme d’assainissement de Yaoundé, une issue probable
Suivant Yaoundé surprise par les eaux

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 933 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu Cameroun

Mise en place des Régions: Les chefs traditionnels Sawa en faveur des projets locaux

Les garants des traditions Sawa dans le département du Wouri ont exprimé ce vœu, au cours d’un séminaire sur la décentralisation le 1er août 2020 à Douala.

Actu

Partenariat stratégique AIMF-UE : Le Cameroun s’achemine-t-il vers un modèle de durabilité ?

Les villes africaines connaissent de multiples transformations liées à la recherche d’un développement économique, à l’intégration des préoccupations environnementales entre autres. Toutes ces dynamiques attirent de plus en plus les

Actu Cameroun

2 milliards disponibles en 2014

La cinquième session du Comité de pilotage du Projet d’appui au développement de la micro finance rurale (Padmir) s’est tenue à Yaoundé le 28 janvier 2014. Il en ressort que

2 Commentaires

Laisser un commentaire