Commune de Mbang: L’ex-maire Joseph Ngolzamba condamné à payer 534 millions de FCFA

Commune de Mbang: L’ex-maire Joseph Ngolzamba condamné à payer 534 millions de FCFA

Le Tribunal criminel spécial approuve finalement un détournement de 503 millions de francs et condamne l’ex chef de l’exécutif municipal à 15 ans de prison ferme et au paiement de lourdes pénalités.

Dans sa décision du 22 Avril 2019, le tribunal criminel Spécial (TCS) a condamné Joseph Ngolzamba, ex maire de la commune de Mbang à 15 ans de prison ferme. Selon des informations recueillies, il doit payer 534 millions répartis comme suit : 503 millions de francs de dommages et intérêts à titre de réparation du préjudice financier subi par la commune de Mbang, 5 millions de francs pour les dépenses relatives à la procédure engagée par le ministère des finances, et 26 millions de francs de frais liés au procès, à verser au trésor public ; au détriment d’environ 2 milliards de Fcfa.

« En dépit des arguments développés par les deux avocats de l’ancien maire, ce dernier n’a pas pu se tirer complétement de l’affaire. Mais au regard des débats conduits par le tribunal en audience publique, il est apparu que l’accusé n’était pas saint, mais qu’il n’était pas non plus un démon comme l’avait affirmé ses dénonciateurs, le calomniant d’avoir distrait environs 2 milliards quand il était en fonction », rapporte une source.

En effet, il aurait été interpellé suite à une dénonciation faite par les chefs traditionnels et par certains conseillers municipaux de la localité de Mbang, département de la Kadey, région de l’Est, qui l’avaient accusé d’user des marchés fictifs pour s’enrichir au détriment de développer la commune, pour un détournement des fonds publics évalués à 1,6 milliards de francs. Mais après de longs et méticuleux débats, le collège des juges a finalement retenu trois chefs d’accusation, contre sept au départ. D’où une condamnation qui repose sur un détournement de 503 millions de francs, selon la décision du TCS.

Les juges ont estimé que le crime de détournement des biens publics concernait la gestion d’une somme de 170 millions de francs issue de la redevance forestière et affectée aux projets des communautés villageoises, une autre somme de 36,7 millions de francs englouti dans la réhabilitation partielle d’une route (Kagnol I- Ateck), longue de 43 km mais travaillée sur 25 km, mais aussi 307 millions de francs représentant les frais acquisition de deux engins lourds de travaux publics. Le tribunal a estimé avoir retenu ces accusations, parce que la gestion de l’ex maire était « opaque et truffée de faux ». Joseph Ngolzamba et son épouse auraient sombré dans une situation de conflit d’intérêt, sachant pourtant que la loi leur interdisait de gagner des marchés à la commune de Mbang.

Source: ECOMATIN

Précedent Aménagement routier – Mefou et Afamba : Nganou Djoumessi évalue les travaux
Suivant France - Accès à l’information : 18 communes du Var vont bénéficier d'une borne Wi-Fi publique

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 922 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu Cameroun

Santé-Médecine : 40 ans de coopération sino-camerounaise

Arrêt sur les bons points de la coopération médicale sino-camerounaise qui célèbre ses 40 ans cette année. A côté d’une foule de plus en plus croissante de centres de soins

Actu Cameroun

Douala: casses au marché New Deïdo

Suite aux récidives des occupants le sous-préfet de Douala 1er est descendu sur les lieux pour une opération de libération de la voie publique. Pour ceux qui sont dans la

Art et culture

Mémoires: Bientôt un Musée des Indépendances Africaines

En collaboration avec l’Institut des Beaux-arts de Nkongsamba, le Programme Route des Chefferies organise une mission en Pays Bassa du 10 au 12 Juillet 2020. L’objectif est de faire un

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire