Région de l’Ouest : Les chantiers routiers de la nationale numéro 4 exécutés à 66%

Région de l’Ouest : Les chantiers routiers de la nationale numéro 4 exécutés à 66%

Emmanuel Nganou Djoumessi, le ministre des Travaux publics, accompagné du Secrétaire d’Etat en charge des Routes, a effectué une descente d’inspection des travaux routiers dans la région de l’Ouest le 13 mars 2020.

Une visite qui a été marquée par une attention sur les travaux de réhabilitation de la route nationale N4 qui s’exécutent en plusieurs lots, la construction de la route de désenclavement des bassins agricoles, et enfin la section Babadjou-Bamenda.

Nationale numéro 4

Premier point de la visite, le Lot 1 de la Nationale 4: Yaoundé-Ebebda-Kalong long de 63,75kms exécuté à 66%. L’entreprise se concentre sur les travaux d’aménagement des voiries dans les villes d’Obala, Monatélé, Ombessa et Bafia.

Le projet est situé dans la région du Centre et traverse deux départements de la Lekié et du Mbam et Inoubou. Il consiste en la reconstruction de 63,75 km y compris la construction d’un échangeur au lieu-dit Carrefour Obala. De plus, la route réhabilitée comportera les caractéristiques suivantes: une plate-forme d’une largeur de 10m; une couche de roulement d’une largeur de 7,4 et des accotements de 1,5 x 2m. Il est également prévu la construction de 73 dalots et celle de 14 km de voiries urbaines dans les villes d’Obala (2 km) de Monatele (5 km) d’Ombessa (2 km) et de Bafia (5 km).

Les voiries urbaines en ligne de mire

Les travaux d’aménagement des voiries urbaines dans les villes concernées sont entamés. L’entreprise rassure sur l’achèvement du projet qui interviendra en septembre 2020. Un délai qui ne peut être respecté selon les services compétents du MINTP que par la multiplication des ateliers le long de l’itinéraire.

Lire aussi : Travaux publics : Le MINTP va mettre en place une unité de production de bitume

La construction de l’échangeur d’Obala a été identifiée comme point sensible du projet en raison de la tenue du CHAN et du déroulement des travaux. Le déplacement des réseaux aura constitué une préoccupation au cours de la concertation présidée par le MINTP. En effet, il a été sollicité par les concessionnaires, un montant de 5 milliards de FCFA pour l’ensemble du projet. Des instructions fermes ont été données pour la préservation des canalisations et le déplacement de ces réseaux par les concessionnaires eux-mêmes.

Lire aussi : Hausse de l’entretien des routes communales en 2019

Ce projet s’inscrit dans cadre du Programme d’Appui au Secteur des Transports, phase II financé par le gouvernement camerounais et la Banque Africaine de Développement. Ce projet est subdivisé en trois lots. Entre Ebebda et Kalong (63,75 kms) y compris la construction d’un échangeur au carrefour Obala les travaux sont exécutés par l’Entreprise CGCOC Group.

Prévision de routes communales

Un accent particulier a été mis sur l’aménagement des routes communales dans diverses municipalités le long de ce premier lot, pour améliorer les conditions de circulation des populations sur ces routes en terre qui desservent principalement les exploitations agricoles. Au cours des échanges avec les équipes projet lors de la réunion tenue à la suite de la visite de chantier, des instructions ont été données pour le lancement des travaux de relèvement du niveau de service de ces axes secondaires. La couche de fondation sur ce tronçon est faite à base de matériaux et de ciment recyclés.

Timide reprise de la nationale numéro 6 Babadjou-Bamenda

Présentation par la Mission de contrôle Study du projet de réhabilitation de la route Babadjou-Bamenda (51,07 km) où l’entreprise Sogea-Satom, après une longue période de perturbation, est effectivement mobilisée. Du reste, l’on note qu’entre le point kilométrique 00 partant de Babadjou au point kilométrique 9+500, l’entreprise se déploie en quatre ateliers pour les travaux de terrassement. Elle a par ailleurs entamé la construction des dalots.

Lire aussi : https://www.villesetcommunes.info/actu-cameroun/amenagement-routier-le-ministre-des-travaux-publics-sur-le-terrain/

L’avancement du projet au 13 mars 2020 donne de constater que les nouvelles installations de chantier de l’entreprise sont effectuées à 50%; l’amené et le repli du matériel est réalisé à 30% avec une priorité sur les engins nécessaires pour les tâches en cours; plusieurs déviations ont été construites, onze précisément; plusieurs dalots préfabriqués sont en cours de construction, les opérations de pose y relatives sont évaluées à 07,14%; les études d’exécution sont effectuées à 58,82%. Le recalibrage du lit d’un cours d’eau pour la mise en place d’une buse sous la déviation est en cours au point kilométrique 06+069 le laboratoire de l’entreprise est également fonctionnel, de même que les ateliers de préfabrication.

Trois contraintes majeures ont été relevées: le déplacement des équipements d’Eneo, la libération des emprises encore occupées par les riverains dont les ressources sont payées depuis 2017 et la disponibilité des produits de carrière.

Précedent Axes routiers : 14 péages automatiques bientôt aménagés au Cameroun
Suivant Douala : Les voies alternatives achevées à l’Entrée Est

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 831 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu

Douala -désordre urbain : Une vaste campagne de libération des emprises annoncée

Le délégué du gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Douala, a instruit l’ouverture de la campagne dès la quinzaine du mois de février 2019.

Actu

Marie-Claude Drouin: “Il faut que les maires s’impliquent pour avoir des normes pertinentes pour les villes durables”

L’Association Réseau Normalisation et Francophonie (RNF) mène des actions concrètes à double incidence. Pour les pays en developpement, elle travaille à renforcer les capacités dans le domaine de la normalisation

Actu Cameroun

Conseil constitutionnel : Clément ATANGANA aux commandes

L’homme de 77 ans, tout premier président du conseil constitutionnel, compte 50 ans d’expérience dans le domaine de la législation et la magistrature. Magistrat à la retraite depuis 2015, redevenu

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire