Kumba: Plusieurs enfants tués dans l’attaque d’une école

Kumba: Plusieurs enfants tués dans l’attaque d’une école

Alors que sévit depuis 2016, la crise dans les deux régions anglophones, des attaques contre des civils se multiplient. Samedi 24 Octobre 2020, une attaque d’une barbarie indescriptible a eu lieue dans une école, ou l’on dénombre provisoirement 8 morts. Une réunion de crise a été convoquée par le Premier Ministre et l’envoi d’un comité interministériel sur place.

C’est une attaque particulièrement sanglante contre des enfants. Au moins huit écoliers ont été tués et une douzaine d’autres blessés samedi dans l’attaque de leur salle de classe dans une école. Le crime « horrible » a vivement été condamné par la classe politique camerounaise et l’Union africaine.

L’attaque a eu lieu à Kumba, dans la région du Sud-Ouest, où les enfants « ont été tués par des coups de feu et des attaques à la machette ». Les blessés ont été « emmenés dans des hôpitaux locaux », a indiqué le bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies au Cameroun.

Vers 11 heures, « un groupe de neuf assaillants terroristes » ont fait irruption dans le collège Mother Francisca International Bilingual Academy, avant d’ouvrir le feu sur les élèves présents dans la salle de classe, âgés de 9 à 12 ans, selon une source proche de la police. Maurice Kamto, leader de l’opposition, a parlé d’« horreur absolue ». « Combien de morts faut-il encore pour qu’une solution politique ramène la paix dans le NOSO [Nord-Ouest et Sud-Ouest, les deux régions anglophones] ? », a-t-il réagi, tandis que le Premier ministre camerounais organisait une réunion d’urgence après l’attaque. Depuis près de trois ans, des groupes séparatistes et l’armée s’affrontent dans ces deux régions, où vit l’essentiel de la minorité anglophone, dont une partie s’estime marginalisée par la majorité francophone du pays.

« Il n’y a pas de mots pour le chagrin ni de condamnation assez forte pour exprimer toute mon horreur face à l’attaque brutale qui a visé des écoliers en école primaire (…) alors qu’ils étaient assis, en train d’apprendre, dans leur salle de classe », a tweeté Moussa Faki Mahamat, président de l’Union africaine. « Je condamne sans réserve, les actes de barbarie commis ce jour à Kumba. Assassiner des enfants qui vont apprendre c’est s’attaquer aux fondements même de notre Nation » a pour sa part réagi le ministre de la santé publique, Malachie Manaouda.

« Le boycott des écoles était une stratégie des séparatistes ces dernières années. 700.000 jeunes environ étaient en dehors du système scolaire à cause du conflit », explique Arrey Elvis Ntui, analyste senior du groupe International Crisis au Cameroun. « Le gouvernement et la société civile anglophone ont mis beaucoup de pression sur les groupes séparatistes pour que leurs enfants retournent à l’école, et des écoles qui étaient fermées depuis des années ont commencé à rouvrir », selon lui.

Les écoles avaient déjà été une cible dans le passé récent, mais n’avaient jamais connu un massacre d’une telle ampleur. L’attaque de Kumba n’a pas encore été revendiquée et les assaillants n’ont pas encore été identifiés officiellement par les autorités.

 

Précedent Mauritanie: Un projet en faveur des villes productives lancé
Suivant ENSTP : Performance et Résilience recommandées par Emmanuel Nganou Djoumessi

Auteur

Vous pourriez aussi aimer

Actu Cameroun

Elections régionales 2020: Paul Biya dévoile les frais de participation des collèges électoraux

Le Président de la République a signé un décret le 2 septembre 2020, fixant les modalités de frais de prise en charge par l’Etat, des membres des collèges électoraux, pour

Actu Cameroun

BUDGET CUD : 52 milliards en 2015

La voirie, les transports, l’éclairage public, les logements constituent les grands axes de cette enveloppe de la Communauté Urbaine de Douala (CUD). Les schémas de travail de terrain sont déjà

Actu Cameroun

Gouvernance : Un manuel de procédures pour contrôler les Ctd

Le manuel de procédures de contrôle des collectivités territoriales décentralisées (Ctd) a été mis à la disposition du ministère camerounais en charge de la décentralisation le 2 mai 2014. Le

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire