Péril sur l’axe Ngaoundéré – Garoua : 14,84 milliards volent en fumée

Péril sur l’axe Ngaoundéré – Garoua : 14,84 milliards volent en fumée

Pour rendement insuffisant et absence de résultat sur le tronçon Ngaoundéré – Dang, qui devrait être livré depuis décembre 2017, le Ministre des Travaux Publics, Emmanuel Nganou Djoumessi, a finalement résilié le contrat avec ESICO BTP Cameroun.

Sur le chantier de la réhabilitation de l’axe Ngaoundéré – Garoua (252 km), situé sur la Nationale N°1, qui va de Douala à Kousseri, le Ministère des Travaux Publics, qui en est le Maître d’ouvrage, avait signé des contrats de travaux avec trois entreprises que sont ESICO BTP Cameroun, CROISIERE BTP et SOTCOCOG Cameroun, pour une allocation financière de 14, 84 milliards de FCFA TTC.

Les travaux qui ont débuté en janvier et février 2017, pour une durée contractuelle de 10 mois, aucune de ces trois entreprises n’a livré son tronçon jusqu’à ce jour, et ceci malgré toutes les mesures d’accompagnements et mises en demeure du Ministre Emmanuel Nganou Djoumessi. Même s’il faut reconnaitre que l’approvisionnement en granulats et en bitumes reste problématique dans cette localité, ces entreprises ont en outre brillées par leurs faibles mobilisations sur ces tronçons routiers, la conséquence étant que les travaux n’avancent pas.

 

Et particulièrement sur l’axe Ngaoundéré – Dang, confié à ESICO BTP Cameroun, la dégradation de la chaussée s’est plutôt accentuée, ce qui a provoqué le courroux de l’ingénieur de l’Etat, qui a purement et simplement résilié ce contrat, en prenant d’ores et déjà des mesures de substitution afin d’assurer la circulabilité sur cet important axe routier.

Une sanction retentissante, qui tire la sonnette d’alarme pour les entreprises CROISIERE BTP Sarl et SOTCOCOG Cameroun, qui sont désormais contraintes à se conformer au chronogramme d’achèvement de leur chantier, ainsi qu’arrêté de commun accord avec le Ministère des Travaux Publics.

En attendant, l’aboutissement du projet de reconstruction totale de cet axe Ngaoundéré – Garoua, donc la durée de vie est déjà dépassée, les usagers de ce tronçon de la Nationale N°1 n’ont plus que leurs yeux pour pleurer.

Samuel Bondjock

Précedent Climat: Hele Pierre négocie les financements pour le Cameroun
Suivant Journée Mondiale de l’Habitat 2019 : Le Cameroun se prépare pour l'acte 33

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 933 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu Cameroun

Diabaté Mamou Bamba : « Ma commune a mis en place un plan d’action d’assainissement, toutefois, l’éducation à l’environnement au primaire me tient à cœur »

 Diabaté Mamou Bamba, Maire de la Commune rurale de Pelengana au Mali. Présidente du réseau des femmes élues du Mali, s’est appesanti sur les expériences acquises lors de la semaine

Actu Monde

Réchauffement climatique : l’inaction aura un coût élevé

Lors du Climate Action Summit à l’ONU, les dirigeants du monde ont marqué par leur absence de plan pour atteindre la neutralité carbone en 2050. Pourtant, les études sur le coût

Actu Cameroun

Nécrologie : Mbanga pleure son maire

Jacques Lembe Mbappe, maire depuis 2013 de cette commune du département du Moungo, est décédé le 20 janvier 2020. La journée avait plutôt bien commencé dans cette muncipalité de 36

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire