Élections régionales : Les préalables se précisent

Élections régionales : Les préalables se précisent

Deux projets de loi ont été déposés à l’Assemblée nationale le 19 mars 2019, pour un examen dans la perspective de la mise en place des conseils régionaux.

Il s’agit du projet de loi numéro 1047, fixant le nombre, la répartition par catégorie et le régime des indemnités des conseillers régionaux. Le dispositif juridique ainsi proposé, rentre dans la perspective de la mise en place du deuxième échelon de la décentralisation, consigné dans la constitution du 18 janvier 1996. Le Cameroun, étant un État unitaire décentralisé, les régions et les communes représentent les deux formes connues des collectivités territoriales approuvées. S’agissant du nombre de conseillers régionaux, ce projet de loi retient le principe de l’égalité des régions, et fixe à 90, le nombre de conseillers régionaux, qui tend à garantir la représentativité de chaque arrondissement. Sur cette proportion par catégorie, ce sera 70 délégués des départements et 20 représentants de la chaine traditionnelle.

En outre, un décret spécifique du Président de la République Paul Biya verra le jour, pour un regroupement ou un recoupage vis-à-vis du nombre de conseillers régionaux de chaque catégorie pour les départements. Par ailleurs, pour le régime des indemnités, celles de sessions, des frais de mission et le cas échéant, le remboursement des frais occasionnés par la tenue des sessions, dont les montants seront fixés par le Chef de l’Etat.

Dans le même sillage, trois dispositions juridiques feront objet de modification pour l’avènement des régions. S’agit notamment de l’article 249 nouveau, qui sera une reprise intégrale de l’article 250, pour une concision de l’article cité plus haut, dont certaines formulations apparaissent floues et redondantes. L’article 250 nouveau, qui précise aussi les modalités de présentation des listes de candidats à l’élection des conseillers régionaux. Les représentants des départements seront investis conséquemment par les formations politiques, tandis que les listes des représentants traditionnels seront conduites par les Chefs du 1er   degré et 2ème degré. Enfin une disposition additive verra le jour à l’article 257 nouveau, qui portera sur la pièce probante de l’homologation de la désignation comme Chef traditionnel que le candidat représentant le commandement traditionnel devra fournir dans son dossier.

Précedent Commune d’Edéa 1er : Un journaliste séquestré au sein de la municipalité
Suivant Recensement du personnel des CTD : Georges Elanga Obam donne le ton

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 922 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu

Changement climatique: Un Plan national d’adaptation en cours d’élaboration au Ghana

Le gouvernement ghanéen a entamé l’élaboration d’un plan national d’adaptation afin de réduire la vulnérabilité du pays aux impacts négatifs du changement climatique. Le plan qui s’étend à 2080 guidera

Actu Afrique

Burkina-Faso: La gouvernance locale renforcée à travers le projet PRESS

Portées par le laboratoire Citoyennetés, les activités dudit projet ont été lancées le mardi 30 octobre 2018, à Ouagadougou. Contribuer à améliorer l’accès des communautés locales aux services sociaux de

Actu Cameroun

Gouvernance locale : tenue de la première session ordinaire du conseil municipal de YAGOUA

Les travaux qui se sont déroulés le mardi 4 avril 2018, avaient au menu la double adoption des comptes pour l’exercice 2018 et du bilan 2017. L’Hotel de ville de

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire