Dr NGOULA Roger « Afin de faire face aux enjeux des déplacés, les maires devraient effectuer en premier lieu des réserves foncières »

Dr NGOULA Roger « Afin de faire face aux enjeux des déplacés, les maires devraient effectuer en premier lieu des réserves foncières »

Depuis le début de la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest en 2016, plusieurs autres localités se retrouvent face à un nouveau défi qui implique l’habitat : la gestion des déplacés. Parmi les collectivités affectées, se trouve la Commune de Mbouda dans la région de l’Ouest. Le Maire s’est exprimé en exclusivité sur Villes & Communes ce 6 Octobre 2019, en marge de la journée mondiale de l’Habitat.

 Villes & Communes : M. Le Maire, y’a-t-il une expérience au sein de la commune de Mbouda que vous souhaitez améliorer en rapport avec la gestion des déplacés ?

Dr NGOULA Roger : Oui. Il y’en a une. Il s’agit de l’identification. Parce qu’au terme de cette séance de travail que nous venons d’avoir, il y’a une chose qui trottait déjà dans ma tête c’est cet aspect. Identification des déplacés, et meme de les catégoriser, et les sécuriser. Evaluer leurs niveaux de compétences en fonction de leurs formations, et les intégrer dans le tissu social et productif de la commune. Voilà quelque chose d’important à faire. L’autre chose à gérer en lien avec l’ONU-Habitat, c’est de pouvoir réfléchir à l’Habitat de ces déplacés, ce sont les deux éléments qui m’ont marqué et pour lesquelles ma municipalité va devoir travailler.

Villes & Communes : Avez-vous un plaidoyer spécifique concernant votre territoire au-delà du Plan communal de developpement (PCD), pour avoir des villes résilientes qui répondent à la demande urbaine en rapport avec la planification territoriale ?

Dr NGOULA Roger : Alors, il va se poser très rapidement pour tous les maires, un problème foncier. Parce qu’à travers l’accroissement de la population, l’espace vital se réduit. Donc la première des choses que les maires devraient effectuer, c’est faire des réserves foncières. Et je pense que dans les textes de lois, ils ont cette possibilité de mettre de côté une certaine quantité de terre, pour le developpement de leurs communes. Aujourd’hui nous sommes en 2019, en 2030 il y’aura toujours des communes. Donc la première chose à faire c’est d’établir les réserves foncières et projeter la commune dans les 10-20 ans qui viennent. La Commune de Mbouda qui a une démographie galopante, nous avons un énorme problème pour trouver des lopins de terre afin de construire des logements sociaux communaux, ou même l’Hôtel Communal, ou encore les parkings communaux, nous avons déjà des contingences. Donc c’est la sécurisation des terres qui est le centre de l’habitat, et je pense que dans le cadre de la décentralisation poussée que le gouvernement veut implanter, donner la gestion du foncier aux maires et non plus aux autorités administratives.

Entretien réalisé par Manfred ESSOME

 

Précedent Mobilité urbaine aérienne : Hyundai se lance dans la course!
Suivant Aicha Ivoukou : « Nouakchott fait face à d’énormes difficultés en matière de logements et services essentiels »

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 670 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu Cameroun

Développement rural: l’Allemagne offre 6,55 milliards de FCFA

Ce financement est destiné à l’aménagement des infrastructures rurales pour l’amélioration les conditions des populations dans le Septentrion. C’est Iven Schad, chef de la coopération allemande qui est porteur de

Actu Cameroun

Douala : le monument Um NYOBE à terre

C’est l’œuvre des chefs traditionnels du canton BELL. Ils se sont mobilisés le samedi 26 mai à Bonapriso pour détruire le monument en construction pour rendre hommage à la figure

Actu Cameroun

Perspectives : Réserve d’ouvriers qualifiés pour les communes

A y regarder de près, les élus locaux disposent de levier pour limiter le niveau de chômage dans les collectivités dont ils ont la charge.  L’esprit du décret du 24

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire