Adamaoua – Sécurité : Les déclarations du maire de Belel divisent

Adamaoua – Sécurité : Les déclarations du maire de Belel divisent

Dans une correspondance du 3 janvier 2019, le gouverneur de la région rappel à l’ordre le maire Abbo Aboubakar, alors que la ville est sous le coup d’une montée en puissance de l’insécurité.

Dans cette missive dont copie a été faite au Préfet de la Vina, le gouverneur Kildadi Taguiéké Boukar, fustige les propos de l’exécutif communal de Belel. Suite à ces déclarations dans les médias, sur la question de lutte contre l’insécurité qui est devenue monnaie courante dans les villages des arrondissements de Belel, Nyambaka, Ngam-Ha et Meiganga. Le phénomène de prise d’otage avec demande de rançon est fréquent et crée la panique auprès des populations. Les villages sont vides, les riverains ont déserté ces localités. Certaines personnes ont trouvé refuge dans les centres urbains. Ceux-ci font face au manque criard des infrastructures sociales de base.

Face à cette situation bouleversante, des réactions du bourgmestre de Belel, n’ont pas été la bienvenue pour les populations. Notamment pour le gouverneur, qui a rappelé  à l’ordre le maire. Cette cloche du gouverneur sonne comme une intimidation pour certains  citoyens de la ville de Ngaoundéré, pour d’autres c’est une mauvaise interprétation des propos de l’exécutif communal. La question divise, le débat va dans tous les sens dans les réseaux sociaux. Cette incompréhension entre les deux autorités administratives à donner naissance à deux clans de protagonistes. Toute fois que ce soit l’élu local, Abbo Aboubakar ou le gouverneur de la région de l’Adamaoua, Kidadi Taguiéké Boukar tous deux luttent pour une seule cause, éradiquer le phénomène de prise d’otage dans cette partie septentrionale du Cameroun.

Précedent Brexit: Le vote à la Chambre des communes aura lieu le 15 janvier
Suivant France : Les plateformes de location dans le viseur de la mairie de Paris

Auteur

Vous pourriez aussi aimer

Actu

Sierra-Léone : Elections générales sous le signe d’un nouveau départ 

Plus de 3 millions d’électeurs sont appelés aux urnes ce mercredi 7 mars dans le cadre des élections présidentielles, législatives et municipales. Des scrutins aux enjeux forts pour le peuple

Actu

Conseil constitutionnel : Clément ATANGANA aux commandes

L’homme de 77 ans, tout premier président du conseil constitutionnel, compte 50 ans d’expérience dans le domaine de la législation et la magistrature. Magistrat à la retraite depuis 2015, redevenu

Actu Cameroun

Région de l’Est : Les élus locaux outillés pour éradiquer la malnutrition

Les magistrats municipaux ont acquis les bases pour lutter contre ce phénomène, lors d’un atelier tenu à Bertoua, le 17 et 18 janvier 2019 à l’initiative de Scalling Up Nutrition.

1 Commentaire

Laisser un commentaire