Présidentielle en Pologne: Un scrutin crucial pour les populistes au pouvoir

Présidentielle en Pologne: Un scrutin crucial pour les populistes au pouvoir

Inquiets de l’avenir de la démocratie et de la crise économique liée à la pandémie, les Polonais ont commencé à voter dimanche 28 juin 2020, au premier tour d’une course présidentielle serrée, cruciale pour les populistes au pouvoir.

Le président sortant Andrzej Duda, 48 ans, soutenu par le gouvernement nationaliste conservateur, qui brigue son second mandat, fait face à dix autres candidats, mais selon les sondages, c’est le maire libéral de Varsovie, Rafal Trzaskowski, du principal parti d’opposition, Plate-forme civique (PO), qui sera son rival lors du second tour, le 12 juillet.

La campagne a été dominée par des préoccupations concernant l’état de la démocratie et les questions sociales, alors que la Pologne fait face à sa première récession depuis la fin du communisme. Dans tout le pays des électeurs font la queue dans les bureaux de vote à travers le pays, portant des masques et respectant les règles du distancement social, selon les images publiés sur les réseaux sociaux.

Lire aussi : Climat : L’Europe sera-t-elle le premier continent neutre en carbone en 2050?

Selon la Constitution, le président polonais a des pouvoir limités, mais dispose entre autre de droit de véto sur les propositions de loi. La victoire de Trzaskowski, 48 ans, porterait ainsi un coup dur au gouvernement du parti Droit et Justice (PiS), à l’origine d’une série de réformes controversées, notamment dans le domaine de la justice.  Selon le PiS, ces changements étaient nécessaires pour éliminer la corruption parmi les juges, mais l’opposition et les partenaires européens critiquent ces réformes, affirmant qu’elles érodent la démocratie, trois décennies à peine après la chute du communisme.

Le président américain Donald Trump, qui considère l’administration du PiS comme un allié européen clé, a donné, quant à lui, sa bénédiction à M. Duda cette semaine. La visite du chef de l’Etat polonais à la Maison Blanche a été la première d’un dirigeant étranger aux Etats-Unis depuis le début de la pandémie, quatre jours seulement avant le jour des élections. Le scrutin est fortement marqué par la crise du coronavirus, qui a obligé les autorités à le reporter de mai à juin. Un nouveau système hybride de vote postal et conventionnel a aussi été mis en place afin de prévenir de nouvelles infections.

Les données officielles évoquent plus de 33.000 cas de contamination et plus de 1.400 décès, mais le ministre de la Santé a admis qu’il pouvait y avoir jusqu’à 1,6 million de cas non détectés en Pologne, un pays de 38 millions d’habitants.

Précedent Malawi : L'opposant Lazarus Chakwera déclaré vainqueur de la Présidentielle
Suivant Coopération: Le FEICOM et MINEDUB accordent leurs violons pour un plan d'action triennal

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 933 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu

Côte d’Ivoire: Harmonisation de la loi sur la Décentralisation

Le pays a décidé d’harmoniser sa législation en matière de décentralisation conformément aux directives de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA).

Actu Cameroun

Décentralisation: Que devient le statut spécial des régions anglophones?

Le statut spécial accordé à cette partie du pays à la suite des élections régionales qui entrera en vigueur dans les prochains jours va privilégier le collège des décideurs. L’ossature

Actu Cameroun

Protection de la nature : 3 régions ciblées par le ministre Helle Pierre

Avec l’appui de l’Université LAVAL au Québec, un atelier de formation et de renforcement des capacités sur les systèmes agro-forestiers résilients aux changements climatiques au Cameroun, s’est tenu  mercredi 13

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire