Lutte contre le réchauffement climatique : Les tourbières, des alliés puissants !

Lutte contre le réchauffement climatique : Les tourbières, des alliés puissants !

Deux chercheurs français ont démontré la capacité de résilience des tourbières, ces zones humides qui ne représentent que 3 % des surfaces mais qui captent un tiers du carbone piégé dans les sols. Les mousses résistent à la sécheresse et à la chaleur. Il est donc primordial de préserver ces écosystèmes pour lutter efficacement contre le changement climatique.

Les forêts et les océans sont souvent présentés comme les puits de carbone par excellence mais il faut y ajouter les tourbières. Ces zones humides constituées de matières végétale en décomposition ne représentent que 3 % des terres mais captent un tiers du carbone piégé dans les sols, soit 500 gigatonnes. Comme les autres écosystèmes, elles sont menacées par le changement climatique.

Deux chercheurs français, Vincent Jassey du CNRS et Constant Signarbieux de l’Institut de géographie de Neuchâtel, ont mené une expérience dans le Jura pour analyser les effets d’une hausse de la température de 1 à 2°C sur les tourbières. Leurs résultats sont particulièrement intéressants et ont été publiés en septembre dans la revue Global Change Biology. Il apparaît que les deux principales variétés de mousse étudiées ont des comportements différents mais qui se compensent, permettant d’annuler les effets de la sécheresse et de la chaleur.

Les tourbières continuent de piéger le CO2

On pensait jusqu’à présent que les tourbières allaient souffrir du réchauffement climatique et de l’augmentation des températures et donc arrêter de piéger le CO2. Nous avons montré au contraire qu’une compensation s’opérait entre les différentes espèces de mousses qui permettait d’annuler les effets négatifs en période de sécheresse“, explique Vincent Jassey à Reuters.

Ainsi, les scientifiques alertent sur l’importance vitale de préserver les tourbières pour lutter efficacement contre le changement climatique, d’autant que leur disparition ou dégradation entraînerait avec elles une augmentation des émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Les tourbières asséchées seraient déjà responsables de 5 % des émissions anthropiques de CO2.

Les chercheurs vont désormais tenter de généraliser leurs résultats à l’ensemble des tourbières. Celles-ci se trouvent dans l’hémisphère Nord, en Amérique du Nord, en Russie et dans le Nord de l’Europe, mais aussi dans des pays aux climats tropicaux comme la Malaisie ou l’Indonésie. 15 % des tourbières auraient déjà été abîmées, notamment à cause de la déforestation, l’agriculture ou la construction. En préservant 67 % des tourbières encore intactes aujourd’hui, nous pourrions éviter l’émission de 21,6 gigatonnes de CO2 d’ici 2050.

Source : novethic.fr

Précedent Mobilité urbaine - Burkina : Ouahigouya bénéficiera de 7 Kms de routes bitumées
Suivant Le changement climatique peut-il faire basculer la présidentielle américaine ?

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 868 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu Monde

Environnement : Préférer le poulet au bœuf réduirait notre empreinte carbone de moitié

L’agriculture représente environ un quart des émissions carbone totales ; il existe un moyen simple de les réduire individuellement selon une étude américaine.

Actu Afrique

Mali: Adoption du projet de décret portant régime financier des CTD

Sur le rapport du ministre de l’économie et des finances, le conseil des ministres a adopté le projet de décret portant régime financier spécifique des Collectivités territoriales le 15 mai

Actu

France : 14 communes adoptent le dispositif de participation citoyenne en Haute-Garonne

Le préfet a reçu mardi 9 juillet 2019, les élus des communes identifiées qui s’engagent à réduire la délinquance sur leur territoire.

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire