Gouvernance locale : les femmes conviées à plus de responsabilités

Gouvernance locale : les femmes conviées à plus de responsabilités

La Fondation Friedrich Ebert a organisé le 11 avril dernier via son programme Ladies Hours, une session de formation et d’informations destinée aux femmes à Yaoundé.

Les locaux de la mairie de Yaoundé 4 ont servi de cadre à ces échanges organisés par cet organisme allemand, dans le but de relancer la gente féminine sur son rôle vis-à-vis de la gouvernance locale. La création du ministère de la décentralisation et du développement local épouse bien l’idée du gouvernement de voir tous les acteurs quel que soit le genre à s’impliquer dans les artifices de la gouvernance locale. La gouvernance locale encore appelée décentralisation est un mécanisme de transfert de pouvoir de décision et de moyens de l’administration centrale aux administrations de base que sont les collectivités locales décentralisées (les communes). Il est question de rapprocher l’administration des administrés, mais aussi et surtout de faire participer chaque citoyen à la prise de décision concernant la vie communautaire.  Le thème “la Gouvernance locale et les femmes au Cameroun : enjeux et perspectives” met en lumière l’importance de ces nouveaux enjeux d’ordre politique et socioéconomique

Le choix de la municipalité de Yaoundé 4 n’était pas anodin, en effet,  l’administrateur municipal est une femme, Mme Amougou Noma. La spécificité de cette commune est que son staff est constitué en majorité de femmes. Pour ces raisons, la nécessité d’apprendre et de connaître leur force s’est fait sentir. Il était question d’amener Mme le maire à partager ses expériences à travers une description de son parcours pour inciter plus de femmes à oser en politique d’une part, et d’autre part, renforcer leurs capacités sur la gouvernance. Tour à tour le Maire a renseigné les participants sur son parcours à la mairie, les programmes conduits, les bonnes pratiques de gestion, les leçons apprises dans les réseaux des maires, les difficultés rencontrées en tant que maire, les conseils aux femmes postulantes au poste d’administrateurs et de conseillers municipaux aux prochaines élections municipales, qui se dérouleront au courant de l’année, sauf surprise générale.

En raison du nombre élevé des femmes au Cameroun, leur conscientisation doit devenir un challenge pour notre gouvernement afin de booster le développement par une bonne gouvernance. Des sessions de formations, d’informations, de mobilisation et sensibilisation doivent être multipliées pour capaciter à suffisance les femmes sur les bonnes pratiques de gouvernance et le leadership.

Dans la vaste quête d’amélioration de la gestion des affaires publiques, le niveau local (la commune), est aujourd’hui présenté comme l’échelon territorial de renouvellement et d’impulsion de la gouvernance politique et économique dans notre société. Des stratégies doivent donc aussi être mises sur pied pour inciter les femmes à s’investir dans la gouvernance. Tels étaient les points saillants de ces plateaux de travail.

 

Précedent Municipal Development: Bamenda III council partners with cities in China
Suivant Aménagement routier : les travaux relancés au boulevard de la République

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 913 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu Afrique

Décentralisation: la Guinée s’inspire du Cameroun

Une délégation du Projet d’Appui aux Communautés Villageoises (PACV) de Guinée a effectué un voyage d’échange  au Cameroun. Avec pour guide spécial le PNDP, les hôtes ont quatre jours durant,

Actu Cameroun

Sénatoriales 2018 : Plus de 10.000 conseillers municipaux attendus aux urnes

Après les discours de la campagne des deux semaines précédentes, les conseillers municipaux du Cameroun entier font leur choix ce 25 mars 2018. Les enjeux sont conséquents pour l’opposition dont

Actu Cameroun

Qui du Rdpc ou du boycott triomphera le 9 février prochain ?

La campagne court depuis le 25 janvier, et pourtant on ne le dirait pas. Les réseaux sociaux et certains médias amplifient une campagne plutôt timide où l’on entend peu ou

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire