Barthélemy Kom Tchuente : l’historien de la décentralisation

Barthélemy Kom Tchuente : l’historien de la décentralisation

L’ancien haut cadre de la Communauté urbaine de Douala a remonté les étapes ayant jalonné le processus de décentralisation au Cameroun au lendemain de la célébration des cinquantenaires de l’indépendance et de la réunification.

Son livre Cameroun : La Décentralisation en marche a atteint les arcanes du pouvoir au Cameroun. Pour preuve, il a reçu les félicitations de M. Paul Biya, le président de la République par une lettre signée le 4 février 2014. Mais ce n’est qu’en juin de la même année qu’il a pu obtenir cette reconnaissance par le canal du ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation. Sa côte ne s’arrête pas là. Il a été nominé dans la catégorie Recherche des Grands Prix des Associations Littéraires (GPAL) à côté de deux autres finalistes sur les 17 ouvrages en compétition.

En 712 pages, l’Ingénieur général de Génie Civil sorti de l’Ecole Nationale Supérieure Polytechnique de Yaoundé plonge le lecteur dans une approche synchronique du processus de décentralisation. Evoquant au passage la décentralisation en marche au Cameroun. Textes et encarts statistiques permettent au lecteur de comprendre les avancées de la décentralisation. Ce processus de réforme de l’Etat constitue, selon René Emmanuel Sadi, le préfacier de l’ouvrage, un « patrimoine républicain ». Le ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation apprécie aussi la posture de l’auteur de l’ouvrage « Cameroun : La décentralisation en marche ». Car, il passe en revue le cadre institutionnel qui régit la gestion communale dans le pays ainsi que les marges de manœuvre dont bénéficient les élus municipaux pour entre-prendre et conduire efficacement, dans leurs municipalités respectives, les actions de développement local. Ce qui apparait aussi aux yeux de M. Sadi, comme « un diagnostic de l’institution communale au Cameroun, avec le mérite d’avoir su exploiter d’abondants faits et données chiffrées qu’il a minutieusement analysés et sur lesquels il s’appuie pour formuler des propositions pertinentes en vue d’une décentralisation réussie, telle que préconisée par les pouvoirs publics camerounais ».

Parlant de sources documentaires, l’auteur a pris le soin de les joindre à son ouvrage qui servira de références historiques pour de nombreuses générations. Dans un document unique, ils auront droit, entre autres, aux textes spécifiques sur la décentralisation, la fiscalité locale, la coopération décentralisée. L’on retrouve aussi les huit points des Objectifs du Millénaire pour le Développement, l’historique des Sommets Africités, les règles relatives à la passation des marchés publics. L’auteur prend aussi le soin d’envisager la décentralisation dans le contexte de développement du Cameroun. C’est à cet effet que l’annexe 3 résume les grands traits de la « Vision du développement du Cameroun à l’horizon 2035 ».

En matière de retombées de la décentralisation au niveau local, à la page 507, l’auteur présente un aperçu de l’impact du Programme National de Développement Participatif dans la région de l’Ouest. Il en est de même de la répartition de projets financés par le FEICOM de 2004 à 2011. Une chronologie exhaustive des hommes politiques et des institutions vient clore le scénario sur l’histoire de la décentralisation au Cameroun. Il ne pouvait en être autrement pour M. Kom qui a passé 27 ans (1986 – 2013) à la Communauté Urbaine de Douala. Concernant la gestion politique des collectivités territoriales décentralisées, il a été Conseiller municipal de la commune de Bayangam et président de la Commission de passation des marchés auprès de ladite collectivité locale. Une expérience qui donne à son ouvrage un statut de « référence indispensable pour les décideurs politiques, les chercheurs, les étudiants, les élus locaux, les bailleurs de fonds, les partenaires au développement, bref tous ceux qui s’intéressent à la gestion d’une collectivité territoriale décentralisée dans le contexte camerounais ».

Précedent Charlie Martial Ngounou : L’expert qui porte SIM_ba à bout de bras
Suivant Hilaire Kouemegne Noubissi : Haro sur le centralisme administratif de la décentralisation

Auteur

Kamdem Souop
Kamdem Souop 299 Articles

Écrivain, éditeur et spécialiste de communication sur le changement de comportement social, il dirige le journal en ligne www.villesetcommunes.info et la chaîne de télévision www.villesetcommunes.tv.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Trajectoire

Emmanuel Nganou Djoumessi : Le global se construit à partir du local

Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire (MINEPAT) depuis le 9 décembre 2011, Emmanuel Nganou Djoumessi est au-devant de la scène lorsqu’on parle des stratégies de

Trajectoire

Hilaire Kouemegne Noubissi : Haro sur le centralisme administratif de la décentralisation

Ce jeune chercheur camerounais s’est illustré par la qualité de la recherche sur le processus de transfert des compétences de l’Etat central vers les collectivités territoriales décentralisées en cours depuis

Trajectoire

Marie Hélène Ngoa-Guislain : une mairesse blanche à la ville-rivière

La mairesse d’Akono détonne au milieu des élus locaux du Cameroun et d’Afrique noire de par ses origines et surtout sa peau. Portrait. Après avoir échoué, en 2002, dans son

2 Commentaires

  1. TCHEGHO
    juin 24, 12:03 Reply

    Merci pour cet article qui se veut très élogieux mais qui pêche par excès de zèle. On parle très longuement d’un livre en oubliant d’en mentionner le nom de l’ouvrage pour les curieux comme votre humble serviteur

    • Nadia Dicka Lobe
      juin 26, 03:40 Reply

      Merci pour cet apport. Le livre c’est “Cameroun : La Décentralisation en marche”.

Laisser un commentaire