Umushyikirano 2018 : Kagame appelle à ne pas perdre la tête

  • Umushyikirano 2018 : Kagame appelle à ne pas perdre la tête

Pas moins de 3000 personnes se sont retrouvées au Kigali Convention Center autour du chef de l’État rwandais, qui en faisant le bilan de son action a interpellé ses concitoyens.

En ouvrant les travaux de l’Umushyikirano 2018 le 13 décembre, Paul Kagame a souligné que le “Dialogue” est une institution. Il est  le creuset qui permet de baliser l’avenir du pays. S’il a tenu à saluer les efforts des uns et des autres pour les acquis obtenus à date et reconnu que le fruit des sacrifices passés sont déjà visibles, il a davantage mis en avant les efforts supplémentaires à consentir pour l’amélioration des conditions de vie des populations rwandaises. Il s’agit notamment d’un sens aigu de l’intérêt général et du legs aux générations futures, qui prennent source dans l’unité de ses concitoyens et dans le rêve d’un grand Rwanda.

C’est donc à juste titre que le président rwandais a mis un accent particulier sur les résultats de la diplomatie rwandaise au cours de l’année 2018. En effet, sur le plan des relations internationales, le rôle de son pays s’est accru dans l’atteinte de certains objectifs, tant à la présidence de l’Union africaine – une première pour ce pays – avec des chantiers tels que la réforme du fonctionnement de cette institution, l’instauration d’une zone de libre échange en Afrique ou l’espace unique aérien africain. Le Rwanda se donne les moyens de montrer l’exemple a-t-il indiqué “que ce soit en participant à de nombreux événements internationaux ou en accueillant des événements de grande importance”.

Cependant, il estime qu’un “effort est fait pour que les autres pays profitent autant que faire de l’expérience rwandaise”. A cet effet, il a fait remarquer l’avancée notable de son pays en matière d’intégration, déjà au niveau sous-régionale, puis au niveau continental en matière promotion de commerce et de tourisme transfrontaliers ou intra-régionaux. “En tant qu’africains, nous avons plus en commun que ce qui peut nous séparer. Pour nous, il est important de passer des paroles aux actes. Nous avons souhaité montrer l’exemple et prouver aux autres qu’un relation donnant-donnant est possible”.

Il a ainsi saisi l’occasion d’interpeller ses concitoyens. “En attendant que cette intégration se fasse avec les autre pays, je nous invite à réussir déjà le pari de résoudre nos propres problèmes ensemble en interne, en prenant soin de notre manière de travailler, de conduire des échanges avec les autres communautés de notre pays. Pensons aux autres, pensons au pays, pensons long terme, pensons à ce que nous laisserons en héritage à notre pays. Si nous réussissons cela en interne, nous serons plus à l’aise au moment de finaliser les négociations d’intégration avec les pays voisins. Faisons en sorte qu’en cas d’échec de négociation ce soit le voisin qui soit perdant et non pas le Rwanda” a-t-il souligné. Pour ce faire, “ne perdez pas la tête face aux provocations, d’où quelles viennent”, a-t-il conclu.

Comme à son habitude, il a pris place au milieu des participants pour assister aux échanges de la journée, notamment sur le thème : “Communautés connectées : un partenariat pour la croissance”. Pour la mise en bouche le panel était composé du ministre de la Gouvernance locale, Anastase Shyaka, du directeur général des Mines, du Pétrole et du Gaz, Francis Gatare et d’une entrepreneure promotrice du label Rwanda, Joselyne Umutoniwase.

Lire aussi sur le même sujet :

Umushyikirano 2018  : Que sont devenues les résolutions de 2017 ?

Umushyikirano 2018 : Des citoyens égaux pour les échanges

Umushyikirano 2018 : Le Rwanda, un pays qui articule réconciliation et développement

Précedent Programme C2D Capitales régionales : Concertation du comité de pilotage à Garoua
Suivant Commune d’arrondissement de Douala 5ème : Le budget 2019 dévoilé

Auteur

Kamdem Souop
Kamdem Souop 299 Articles

Écrivain, éditeur et spécialiste de communication sur le changement de comportement social, il dirige le journal en ligne www.villesetcommunes.info et la chaîne de télévision www.villesetcommunes.tv.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Dossiers

Axe Dschang – Nantes : un modèle à suivre

La commune de Dschang a, depuis 2002, compris la nécessité de négocier des partenariats dont les fruits sont aujourd’hui visibles. La réalité de la pratique de la coopération décentralisée dans

Dossiers

De l’importance des enjeux

Au fil des éditions d’Africités et devant la complexité des problèmes à résoudre, les assises prennent des allures d’assemblées constituantes. C’est simplement parce qu’ils ont conscience d’inventer des solutions auxquelles

Dossiers

Gouvernance locale : la guerre du droit à la communauté urbaine de douala

L’on s’achemine véritablement vers un dénouement judiciaire. Le bras de fer qui oppose l’instance urbaine de la ville de Douala depuis un an à ses « ex-employés » n’a pas encore livré

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire