L’œil d’un expert

L’œil d’un expert

Dieudonné Bisso, Directeur du Projet de Barrage de Memve’ele nous éclaire.

1-Maintenant que le barrage rentre en mode régime fonctionnel, quel est le délai à court terme pour voir les incidences positives en matière de réduction de couts et factures d’électricité pour les ménages ?

Je voudrais préciser que les travaux du barrage hydroélectrique de Memve’ele sont effectivement achevés et que les 211 MW d’énergie électrique attendus dudit ouvrage sont disponibles sur le site à Nyabizan. C’est dire qu’on attend plus que la fin des travaux des ouvrages d’évacuation de l’énergie (actuellement en cours) pour que le courant électrique soit effectivement distribué aux ménages et autres. Il faut noter que les dits travaux sont dans leur phase finale et avancent normalement (dernier tronçon Ebolowa-Djop – Yaoundé-Nkolnkoumou)

Alors vous me parlez de réduction de couts et des factures d’électricité pour les ménages vous voudrez bien noter que je ne suis que le directeur d’une structure appelée à produire de l’énergie électrique et à la mettre à la disposition de concessionnaires publics chargé de la distribution de l’électricité au Cameroun.

Vous comprenez que les questions de cet ordre ne sont pas de mon ressort. Néanmoins, je puis vous assurer que l’Etat qui est propriétaire du projet Memve’ele et qui régule en même temps les problèmes d’intérêt général, saura gérer ces questions en temps opportun.

2-La mise en place du programme d’accompagnement socioéconomique du Barrage de Memve’ele répond à une philosophie économique précise : Quelles sont les conséquences dudit programme pour le développement de la région du Sud et ses environs ?

Vous savez, le programme d’accompagnement socioéconomique de Memve’ele (PASEM), est un instrument mis en place par le gouvernement de la république pour atténuer les externalités liées au projet Memve’ele et accompagner les populations riveraines à jouir des retombées bénéfiques du projet. Et à propos, le PASEM a permis aux populations des arrondissements de Ma’an et Campo riveraines du barrage, de bénéficier de diverses actions, entre autres, la construction et la réhabilitation des écoles, centres de santé, forages d’eau, la formation des jeunes à divers métiers à fort impact d’emplois, l’appui et l’accompagnement des GIC et autres associations de développement en divers matériels et intrants agricoles ainsi que le lancement des petits projets générateurs d’emploi et de revenus.

3-Quelles sont les réalisations faites via ce programme pour l’amélioration des conditions de vie des populations ?

Je viens d’en énumérer quelques-unes plus haut. Bref grâce au barrage en général, plusieurs emplois directs ou indirects ont été créés et les conditions de vie seront améliorées dans la zone (route bitumée, accès facile à l’énergie électrique) bien de facilitations seront mises en place pour un développement rural intégré et durable.

4-Qu’entrevoit le programme à long terme pour le bien être des habitants ? Le programme est-il amené à disparaitre ?

Lors de la cérémonie officielle de réception  provisoire et partielle du barrage le 08 Février dernier à Nyabizan, notre tutelle et maitre d’ouvrage le Ministère de l’eau et de l’énergie l’a certifié , le PASEM va poursuivre ses activités nonobstant la fin des travaux du barrage hydroélectrique de Memve’ele, ainsi pour cerner les contours  des programmes à long terme, vous pourriez vous pourvoir mieux auprès du coordonnateur du programme d’accompagnement socioéconomique de Memve’ele, qui est désormais une structure jouissant d’une autonomie financière.

5-Quelles sont les difficultés structurelles et auxiliaires rencontrées dans le sillage du développement local en rapport avec cette initiative ?

A ce niveau, les principales difficultés ont été et sont toujours liées au déblocage des fonds au bénéfice des programmes mis en place par le PASEM nonobstant l’autonomie financière octroyée.

6-Quels sont les mécanismes de contrôle et de suivi pour une traçabilité et transparence dans la gestion des dits fonds de ce programme pour une gouvernance locale exemplaire ?

Le PASEM est doté d’un comité de pilotage composé de divers membres représentant les différentes parties prenantes. Et celui-ci est présidé par le Gouverneur de la région du Sud.

Entretien réalisé par Manfred ESSOME

Précedent Extrême-Nord: les Etats Unis offrent du matériel sanitaire
Suivant Les retombées locales du barrage hydroélectrique de Memve’ele : géographie économique

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 933 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu

Yaoundé – Marché Elig-Edzoa : Paul Atanga Nji fait le point

Le ministre de l’administration territoriale, est descendu sur les lieux du sinistre jeudi 7 mars 2019.

Actu

Incendie au Marché Elig-Edzoa : Une équation urgente à résoudre

Deux semaines après l’emprise des flammes qui a dévasté le marché Congo de Douala, c’est au tour de l’espace marchand d’Elig-Edzoa à Yaoundé, d’être objet d’incendie le 4 mars 2019.

Actu Cameroun

Assises Générales de la Commune : Une décentralisation à parfaire !

Les 6 et 7 février 2019 au Palais des Congrès de Yaoundé, pas moins de 700 participants ont pris part aux premières assises générales de la commune, un événement placé

2 Commentaires

Laisser un commentaire