Coopération décentralisée: Quelles actions pour quel intèret?

Etat des lieux

Cette quinzaine, Villes & Communes a choisi de vous accompagner dans la compréhension d’une question complexequi témoigne d’un type de préoccupation que pose le processus de décentralisation et que les parties prenantes doivent solutionner : la coopération décentralisée.

Un certain nombre de projets commençaient à intriguer les citoyens quandils apprenaient que leurmaire avait négocié et signé des conventions avec des communes étrangères notamment. Que négocient concrètement les maires avec leurs homologues? La présente enquête sera complétée par le dossier de la prochaine édition de V&C.

Une initiative à promouvoir

Les retombées de ce type de partenariat sont diversifiées pour les Collectivités territoriales décentralisées qui gagneraient à les multiplier.

Il y a quelques semaines, les élus locaux de Douala, Pointe noire et Bangui se sont retrouvés à Douala, sous la houlette de l’Association internationale des maires franco-phones (Aimf) pour trouver des solutions à leurs problèmes. Il était en fait question de faire le point sur les projets d’adressage, de mobilisation des recettes et de modernisation de la gestion financière de ces trois villes. L’adressage est un processus qui permet de situer sur le terrain une parcelle ou une habitation. Pour la fiscalité locale, l’adressage est indispensable car il permet de localiser et de

recenser les personnes ou entreprises soumises à l’impôt et de mieux définir l’assiette fiscale. Le projet d’adressage des villes de Bangui, Douala et Pointe noire est cofinancé par l’Union européenne et l’Aimf à hauteur de 1,5 millions d’euros (environ 1 milliard de Fcfa). Environ 700 millions de cette somme reviendra à Douala. Ceci est un fruit de la coopération décentralisée qui s’opère depuis plusieurs années déjà entre les communes du sud et celles du nord, plus développées et mieux équipées. A Douala III, le maire Oumarou Fadil a très vite saisi l’intérêt de ce type de coopération qui est gagnant-gagnant pour les pays du sud.

Le 08 février 2009, la municipalité de Douala III a ouvert un centre de ressources multimédia au lycée de Japoma. Equipé entre autres de 30 ordinateurs, d’un onduleur, d’un écran mural, d’un vidéo projecteur, un serveur internet, un routeur, deux Switch, un scanner, une imprimante, un antivirus Symantec, etc. Ce centre a pour objectif de faciliter l’accès aux nouvelles technologies de l’information et de la communication aux élèves et enseignants. Ce don est le fruit de la coopération décentralisée entre la mairie de Douala III et la Montgomery County Public Schools (Etats-Unis). En novembre 2009, Douala III a signé un autre accord de coopération avec Brive-la-Gaillarde pour renforcer à travers la charte de jumelage leurs rapports sur les plans de l’éducation, la culture, la santé et l’économie… Quelques mois plus tard, en juin 2010, la municipalité de Pouma a emboîté le pas à Douala III en signant un jumelage avec 12 communes du département de l’Allier en France. Selon un responsable communal, la coopération décentralisée est à encourager. « Il y a toujours des retombées. Nous devons être entreprenants si nous voulons obtenir plus de financements. Les pays du nord sont toujours prêts à nous aider, matériellement ou financièrement, mais à condition qu’on leur soumette un projet viable et bien monté », confie ce responsable. Il évoque le cas des communes d’Afrique de l’ouest qui obtiennent 10 fois plus des financements du nord que celles d’Afrique centrale, simplement parce qu’elles ont compris comment s’y prendre.

Précedent Fiche : l’entretien des forages
Suivant Recrutement des RH : Comment les Maires procèdent-ils ?

Auteur

Kamdem Souop
Kamdem Souop 343 Articles

Écrivain, éditeur et spécialiste de communication sur le changement de comportement social, il a dirigé le journal en ligne www.villesetcommunes.info et la WebTv www.villesetcommunes.tv de 2011 à 2020.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Dossiers

Africities 6: Final Declaration

Africities 6 in Dakar marked a turning point in the history of Africities. It brought together over 5,000 participants. It thus affirmed, with the number of local elected officials, over

Dossiers

De l’importance des enjeux

Au fil des éditions d’Africités et devant la complexité des problèmes à résoudre, les assises prennent des allures d’assemblées constituantes. C’est simplement parce qu’ils ont conscience d’inventer des solutions auxquelles

Dossiers

Umushyikirano 2018 : Le Rwanda, un pays qui articule réconciliation et développement

Devoir de mémoire et nécessité de planifier de manière participative le développement caractérisent le mode de gouvernance du Rwanda. Il y a comme une obligation morale de découvrir le Rwanda

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire