Caddel : grandes premières

Caddel : grandes premières

Les journées politiques de l’événement ont eu pendant Africités, une partie invisible et une partie visible.

La partie invisible a débuté dès le 03 décembre 2012 en salle C01 du palais des congrès de l’hôtel King Fahd Palace, avec la réunion des points focaux techniques de la Conférence africaine de la décentralisation et du développement local (Caddel). Cette réunion, ouverte officiellement par Mme Arame Ndoye Sene, la ministre sénégalaise de l’Aménagement du territoire et des collectivités locales, a permis aux directeurs de la décentralisation de préparer la 2e réunion du bureau de la Caddel du 05 décembre, après la première tenue à Yaoundé en mai 2012.S’adressant aux points focaux, Mme Arame Ndoye leur a demandé de «poursuivre les efforts entrepris pour doter l’Afrique d’une Charte des valeurs et des principes de la décentralisation, de la gouvernance locale en Afrique, déterminer la feuille de route de la Caddel pour les dix-huit mois à venir et documenter l’appui que l’institution peut apporter à l’avènement d’un Haut conseil des collectivités locales de l’Union africaine».

Préparer le changement de janvier 2014

La réunion du bureau exécutif de la Caddel s’est réuni dans la salle Signara II de l’hôtel Les Almadies le 05 décembre sous la présidence de Mme Carmelita Rita Namashulua, ministre mozambicaine de l’Administration de l’Etat et présidente en exercice de la Caddel. Malgré l’absence de l’Algérie et de Djibouti respectivement vice-présidents en charge de l’Afrique du Nord et de l’Afrique de l’Est, le bureau composé par ailleurs de l’Angola, du Sénégal et du Cameroun a fait le point des contributions financières des Etats membres au fonctionnement de l’organisation, analysé le compte rendu de l’organisation de la première journée de la décentralisation, de la gouvernance locale et du développement local sur le continent le 10 août 2012 et écouté l’Union africaine dont la délégation était conduite par Dr Mamadou Dia, Chef de la Division Gouvernance, droits de l’homme et élections à la Commission de l’Ua. L’Union a, en effet, entamé un chantier de réformes devant culminer en janvier avec la fin de l’existence des conférences ministérielles sectorielles. Celles-ci, a-t-on appris le 07 décembre lors de la réunion d’information des ministres de la Caddel qui a été précédé la veille d’une réunion de haut niveau regroupant directeurs de la décentralisation et des collectivités locales, experts et personnes ressources de la Caddel laisseront la place aux Comités techniques spécialisés (Cts).

Dans le cas de l’espèce, la Caddel fusionnera avec les conférences ministérielles en charge de l’eau et du développement urbain pour constituer le Comité technique spécialisé (Cts) sur les questions de décentralisation, gouvernance locale et développement. Entre 2002 et 2012, il y a eu sept décisions de l’Union africaine sur les Cts. Parmi ces décisions, il y en a une de janvier 2007 qui fait de la Caddel un Cts, et une autre de janvier 2012 qui inclut la Caddel dans le chantier de réformes en cours sur les Cts. Par ailleurs, deux décisions des Chefs d’Etat mettent un terme à l’existence des conférences ministérielles sectorielles pour laisser place aux Cts et font de la Commission de l’Union africaine leur tutelle. L’Assemblée générale des Chefs d’Etats a demandé à la Commission de déterminer la structure et les besoins matériels devant faciliter l’opérationnalisation de ces Cts. Car une période de transition s’ouvre en janvier 2013 et devra être achevée en janvier 2014, date à laquelle les 14 Cts créés par les Chefs d’Etat auront définitivement remplacé les conférences ministérielles. De même, l’externalisation des Secrétariats exécutifs actuellement toléré par l’Ua devra s’achever en janvier 2014.

Précedent Sommet : de l’exigence des élus
Suivant Fiche : l’entretien des forages

Auteur

Kamdem Souop
Kamdem Souop 343 Articles

Écrivain, éditeur et spécialiste de communication sur le changement de comportement social, il a dirigé le journal en ligne www.villesetcommunes.info et la WebTv www.villesetcommunes.tv de 2011 à 2020.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Dossiers

Crise des ordures : HYSACAM est là, mais aucun changement

Son parc automobile vieillissant, la croissance démographique dans les métropoles, les embouteillages permanents qui ralentissent le transport des déchets vers les centres de traitement et surtout les impayés de l’Etat.

Dossiers

Charlie Martial Ngounou : « Les leaders de nos villes doivent fédérer les énergies »

Expert de l’Association internationale des maires francophones (AIMF) sur les questions de finances publiques et locales, Charlie Martial Ngounou qui dirige le cabinet Success Partners Consulting, partenaire technique de l’AIMF

Actu

Incendie au Marché Elig-Edzoa : Une équation urgente à résoudre

Deux semaines après l’emprise des flammes qui a dévasté le marché Congo de Douala, c’est au tour de l’espace marchand d’Elig-Edzoa à Yaoundé, d’être objet d’incendie le 4 mars 2019.

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire