Yvon Ngassam partage son “dream” à l’Institut français de Yaoundé


Les amateurs d’art ont encore cinq jours jusqu’au 28 février 2020 pour assister, à l’Institut français de Yaoundé, au vernissage de l’exposition multimédia “I have a dream”.

Plus connu comme Lasco, Yvon Ngassam, ou plutôt Yvon Léolein Ngassam Tchatchoua, 38 ans, dreadlocks et barbe fournie, ne finit pas de nous émerveiller de la richesse de son talent artistique. Il s’est révélé au public en 2005 avec ses morceaux de rap et son label de musique urbaine Gansta Club Inc qui fusionnera en 2007 avec d’autres petits labels pour devenir Freek’1 Entertainment, puis comme animateur radio, et comme directeur photo du studio Satec Records.

Il partage avec le public, depuis le 31 janvier dernier, son rêve artistique, bouillon de grands rêves brisés de “Zémindjans” (benskineurs, enfin, mototaximen béninois) associés à des masques “guélégué” (rites vaudou) d’une société africaine si profondément vraie, originale, mobile et résiliente à travers 10 photos, 10 vidéos, 7 sculptures métalliques et 18 citations et textes épars. Un poème multimédia sur l’espoir. Un plaisir accordé aux Yaoundéens après Bamako et Cotonou. Et en attendant Casablanca.

Mémoire, corps, espace et voyages sont les points cardinaux de l’univers créatif de cet artiste aux multiples talents qui a fait partie de la sélection officielle du Dak’Art 2018, dont le commissaire était Simon Njami.

Décidément éclectique, Yvon Ngassam continue d’apprendre pour mieux nous parler de lui, de nous, du monde et de la vie. Après un baccalauréat en mathématiques et physiques, il se promène quelques temps sur le campus de l’Université de Ngaoundéré avant de trancher dans le vif : la vie est meilleure enseignante que la faculté d’économie et de gestion où il souhaitait obtenir au moins un parchemin. Il a alors l’occasion de laisser libre cours à sa créativité au cinéma, en photographie, en vidéo d’art et en sculpture. La rigueur professionnelle, il va l’affiner au gré des rencontres professionnelles dont celle avec Hervé Dangla ne fut pas des moindres dans le cadre du projet “Carnet de villes” présenté au Salon Urbain de Douala en 2013.

Pour l’instant, Yvon Ngassam attend les volontaires désireux d’exposer “I have a dream” dans leurs domiciles dans un souci de partage itinérant de ce rêve d’une vie meilleure de la jeunesse africaine. Alors, courez à l’Ifc Yaoundé et faites-lui un message sur https://web.facebook.com/lasco83 pour faire partie des heureux élus.

Précedent Yaoundé 2 : La route en pleine rénovation à Marché Mokolo
Suivant Marafa Hamidou Yaya plaide auprès des nouveaux élus pour une République sincère

Auteur

Kamdem Souop
Kamdem Souop 343 Articles

Écrivain, éditeur et spécialiste de communication sur le changement de comportement social, il a dirigé le journal en ligne www.villesetcommunes.info et la WebTv www.villesetcommunes.tv de 2011 à 2020.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Art et culture

Culture: Plusieurs fois annoncée morte, Mama Nguéa rend finalement l’âme

La famille artistique est de nouveau en deuil. L’une des voix d’or du makossa s’est éteinte dimanche 14 juin 2020 à Douala, seulement 24h après Claude Ndam et cinq mois

Actu Cameroun

Mémoires Musicales de 1996 à 2020 – De 15 à 22

Nous poursuivons notre épopée musicale au Cameroun, vers ces philosophes de la mélodie qui nous ont quitté entre 1996 et Juillet 2020. 24 ans d’un rappel historique ancré au sein

Art et culture

Grâce Eboué: “Le consommateur de musique doit reprendre son pouvoir et exiger de la qualité dans ce qu’on lui sert”

Installée sous le sol norvégien depuis plusieurs années, l’artiste qui détient plusieurs cordes à son arc, de la musique à l’écriture se dévoile au grand public. Le 12 mars 2019,

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire