Exposition “Aujourd’hui” : Ils transforment le temps en art !

Exposition “Aujourd’hui” : Ils transforment le temps en art !

Conçue par Simon Njami,  l’exposition baptisée « Aujourd’hui » à l’occasion du dixième anniversaire de la production « Cameroun, une vision contemporaine », bat son plein du 20 juin 2019 jusqu’au mois de Septembre au Musée National de Yaoundé. Évènement coordonné par le Bureau de la Banque mondiale et le Ministère des Arts et de la culture.

Pour la célébration de ce dixième anniversaire, la Banque Mondiale a élargi son spectre via cette exposition nouvelle. 30 artistes contemporains camerounais ont été invités à déployer leurs œuvres pour le plus grand bonheur du public, afin de conjuguer leurs savoir-faire au contexte qui nous sied d’où le nom « Aujourd’hui ».

Mais bien au-delà du temps, les acteurs et auteurs de ces figurines exeptionnelles, décrivent l’histoire, la culture, le social, l’environnement sous un objectif principal : éduquer. Faire rejaillir ainsi, l’importance de la connaissance de ses racines, le respect à la tradition, les marques du temps, la considération des différences, le respect des clivages politiques, la description du social pour sensibilisation.

L’Exposition qui se poursuit au Musée National de Yaoundé, avec l’encadrement de la Banque Mondiale et du MINAC traduit du double intérêt à l’art, dont les protagonistes n’ont pas manqué de souligner à l’ouverture officielle, le 21 juin 2019. D’ailleurs depuis 2006, la BM soutient les artistes plasticiens locaux, via un programme spécifique.

Angèle Etoundi Essomba qui met en lumière la femme, Aurélie Djiéma pour l’Unité nationale, Samuel Fosso qui en appelle à la conscience collective ou encore Joël Dooh qui écume les créations camerounaises, sont autant d’artistes dont le doigté est magnifié. Les visiteurs et officiels, sont subjugués par plusieurs productions, dont celles d’Alain Ngann « We are we », qui dénote du respect de la différence, l’architecture de la société et la symbiose de la beauté.

Pascaline Tayou avec son projet « Cahier de retour au pays natal », Bernard Ajarb dont la touche est ancrée sur la couleur pour cet originaire de la ville de Kumba dans la région du Sud-Ouest, mise sur du vivre-sensemble, Boris Nzebo avec une caricature singulière de l’espace urbain vu par des activités commerciales traditionnelles, entre autres, tout est fait pour captiver les curieux, et éveiller le sens de l’art.

Précedent Urbanisme : La Cote-D’Ivoire et la Turquie valident des accords de coopération
Suivant Ecrans Noirs 2019 : Silence ! On ne tourne plus !

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 670 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu

Guadeloupe – Finances locales: 21 communes dans une situation critique

Les communes de Guadeloupe sont dans une très mauvaise passe financière, puisque près de 2/3 sont situées dans la zone d’alerte du réseau d’alerte des finances locales.

Actu

Polluants organiques : Les Journalistes et OSC sensibilisés sur leur danger

Du 16 au 17 Aout 2019 à Yaoundé, l’organisation Jeunes volontaires pour l’environnement et Green Impact Communication ont co-organisé un atelier portant sur les polluants organiques persistants, véritables dangers permanents

Actu Cameroun

Décentralisation : Recensement annoncé du personnel des collectivités territoriales

34 jours après les premières assises générales de la commune à Yaoundé, le ministère de la décentralisation et du developpement local prévoie une campagne de recensement dès le 18 mars

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire