Exposition “Aujourd’hui” : Ils transforment le temps en art !

Exposition “Aujourd’hui” : Ils transforment le temps en art !

Conçue par Simon Njami,  l’exposition baptisée « Aujourd’hui » à l’occasion du dixième anniversaire de la production « Cameroun, une vision contemporaine », bat son plein du 20 juin 2019 jusqu’au mois de Septembre au Musée National de Yaoundé. Évènement coordonné par le Bureau de la Banque mondiale et le Ministère des Arts et de la culture.

Pour la célébration de ce dixième anniversaire, la Banque Mondiale a élargi son spectre via cette exposition nouvelle. 30 artistes contemporains camerounais ont été invités à déployer leurs œuvres pour le plus grand bonheur du public, afin de conjuguer leurs savoir-faire au contexte qui nous sied d’où le nom « Aujourd’hui ».

Mais bien au-delà du temps, les acteurs et auteurs de ces figurines exeptionnelles, décrivent l’histoire, la culture, le social, l’environnement sous un objectif principal : éduquer. Faire rejaillir ainsi, l’importance de la connaissance de ses racines, le respect à la tradition, les marques du temps, la considération des différences, le respect des clivages politiques, la description du social pour sensibilisation.

L’Exposition qui se poursuit au Musée National de Yaoundé, avec l’encadrement de la Banque Mondiale et du MINAC traduit du double intérêt à l’art, dont les protagonistes n’ont pas manqué de souligner à l’ouverture officielle, le 21 juin 2019. D’ailleurs depuis 2006, la BM soutient les artistes plasticiens locaux, via un programme spécifique.

Angèle Etoundi Essomba qui met en lumière la femme, Aurélie Djiéma pour l’Unité nationale, Samuel Fosso qui en appelle à la conscience collective ou encore Joël Dooh qui écume les créations camerounaises, sont autant d’artistes dont le doigté est magnifié. Les visiteurs et officiels, sont subjugués par plusieurs productions, dont celles d’Alain Ngann « We are we », qui dénote du respect de la différence, l’architecture de la société et la symbiose de la beauté.

Pascaline Tayou avec son projet « Cahier de retour au pays natal », Bernard Ajarb dont la touche est ancrée sur la couleur pour cet originaire de la ville de Kumba dans la région du Sud-Ouest, mise sur du vivre-sensemble, Boris Nzebo avec une caricature singulière de l’espace urbain vu par des activités commerciales traditionnelles, entre autres, tout est fait pour captiver les curieux, et éveiller le sens de l’art.

Précedent Urbanisme : La Cote-D’Ivoire et la Turquie valident des accords de coopération
Suivant Ecrans Noirs 2019 : Silence ! On ne tourne plus !

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 761 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu Cameroun

Sénatoriales 2018 : les femmes du Mfoundi veulent des sénateurs qui portent leur cause

Nombreuses parmi les conseillers municipaux aux urnes ce 25 mars 2018, elles ont rappelé que leurs voix doivent se faire entendre dans la chambre haute du parlement. Une prise en

Actu Cameroun

VŒUX 2015 : Le Sénat ignore les collectivités territoriales

L’allocution de M. Marcel Niat Njifenji, président du Sénat, la Chambre Haute du Parlement n’a fait aucune référence aux problèmes liés à la décentralisation. Autant en termes de bilan 2014

Actu Monde

Réchauffement climatique : l’inaction aura un coût élevé

Lors du Climate Action Summit à l’ONU, les dirigeants du monde ont marqué par leur absence de plan pour atteindre la neutralité carbone en 2050. Pourtant, les études sur le coût

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire