Environnement : Les géants de la mode affichent leur volonté de protéger l’écosystème

Environnement : Les géants de la mode affichent leur volonté de protéger l’écosystème

147 marques de l’industrie de la mode se sont réunies autour d’un seul et même objectif : réduire l’impact environnemental de la production d’habillement et de sa distribution. Le texte porté et qui sera présenté par François-Henri Pinault (Kering) lundi 26 août au G7 n’est cependant pas très contraignant.

Ce vendredi 23 Aout 2019, une coalition d’une trentaine d’entreprises du textile va présenter au président de la République le contenu du «Fashion pact». Cet accord encourage les acteurs du secteur du luxe et de la mode à mettre en place des initiatives en faveur de l’environnement et du développement durable. Il sera ensuite présenté lundi 26 août au matin par François-Henri Pinault, PDG du groupe de luxe Kering (Gucci, Yves Saint Laurent, Balenciaga…) aux chefs d’État présents à Biarritz dans le cadre du G7.

Les enjeux écologiques de l’industrie du textile sont de taille. C’est le deuxième secteur industriel le plus polluant, après celui du pétrole. Selon l’ONU, il est responsable de 10 % des émissions de carbone mondiales, ainsi que de 20 % des rejets d’eaux d’usées. En mai dernier, Emmanuel Macron avait chargé le PDG de Kering de fédérer 20 % des acteurs de la mode et du luxe sur les questions environnementales et sociétales. Le défi est relevé haut la main puisqu’il a réussi à mobiliser 30 % des dirigeants des plus grandes entreprises du secteur en France et à l’international.

Une démarche «historique» signée par 30 groupes de mode, représentant près de 150 marques. Y figurent des marques de luxe comme Chanel, Prada, Gucci, mais aussi de prêt-à-porter comme H&M et Inditex (Zara, Stradivarius), de sport (Nike, Adidas et Puma), et même l’enseigne de distribution Carrefour. Absent de cet accord, le groupe LVMH est déjà engagé dans des actions écologiques avec l’UNESCO depuis 2012. «LVMH sera le bienvenue s’il le souhaite», précise toutefois Marie-Claire Daveu, directrice du développement durable chez Kering. Cette coalition s’inscrit dans le cadre du One Planet Lab, initié par le président de la République au début de l’année, et se base sur trois thématiques environnementales : le climat, la biodiversité et les océans.

Un accord peu contraignant

En revanche, les engagements de ce pacte sont peu précis. «L’industrie de la mode s’engage à réduire de façon significative son impact sur l’environnement marin, en collaboration avec d’autres grandes initiatives déjà en place», peut-on lire par exemple dans le document. Les membres de ce pacte pourront s’ils le souhaitent bannir l’utilisation de plastique à usage unique d’ici 2030 dans le cadre de la protection des océans. En ce qui concerne la biodiversité, l’agriculture et les filières de production durables seront favorisés dans le respect du bien-être animal. Pour le climat, l’objectif est d’atteindre zéro émission de gaz à effet de serre d’ici 2050.

Source : Le lefigaro

Précedent Environnement : un site internet pour une rentrée des classes écoresponsable
Suivant Changement climatique : le Forum du Pacifique au bord de la rupture avec l’Australie

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 933 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu

Commune d’ Ebolowa 1er : le budget 2019 est connu

Cinq cent quatre-vingt-treize millions de FCFA, tel est le montant du budget 2019 de la municipalité, validé lors de la session ordinaire du conseil municipal le 20 décembre 2018.

Actu

Developpement durable : Isabelle Spiegel prend la direction de l’environnement de Vinci

Isabelle Spiegel rejoint Vinci en tant que directrice de l’environnement. Ses 20 ans d’expérience dans le secteur du développement durable devraient lui permettre de relever les défis qui se présentent

Actu

France : Transpolis, laboratoire de la mobilité de demain

Entre Lyon et Genève, la plaine de l’Ain offre un paysage agricole. Il s’agit d’une apparence puisque ce site militaire laissé à l’abandon est actuellement l’espace pilote de tests grandeur

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire