Changement climatique : Des médecins belges donnent l’alerte

Changement climatique : Des médecins belges donnent l’alerte

1 000 médecins belges demandent aux autorités de prendre plus de mesures afin de lutter contre « la plus grande menace du 21e siècle ».

Le dérèglement climatique est une « urgence de santé publique », clament un millier de médecins belges dans une lettre ouverte aux autorités politiques, publiée jeudi par Le Soir. Ils regrettent le manque d’intérêt pour les impacts sanitaires du réchauffement.

« Nous, médecins signataires, sommes extrêmement inquiets des conséquences du dérèglement climatique et environnemental sur la santé de nos populations, surtout pour les groupes les plus vulnérables », c’est ainsi que débute le texte. « La faiblesse des réponses apportées jusqu’ici par nos gouvernements nous mène à emboîter le pas aux mouvements de la société civile afin de demander une réaction immédiate, adéquate, et proportionnée à la plus grande menace du 21e siècle sur la santé mondiale », comme l’avait formulé le magazine scientifique The Lancet l’an dernier.

Un vrai risque pour la santé

Les vagues de chaleur, inondations, sécheresses et autre ne sont pas les seules conséquences dont il faut se préoccuper, alertent les médecins. Il faut également s’inquiéter de « l’augmentation des pathologies respiratoires, une expansion des maladies tropicales transportées par les moustiques et autres vecteurs (malaria, dengue, Zika), une recrudescence de certaines maladies infectieuses ou encore la survenue de souffrances psychiques liées aux dérèglements environnementaux, aux catastrophes et aux conflits climatiques ».

La Belgique, dont le taux d’émissions par habitant est parmi les plus élevés au monde, « ne prend actuellement pas sa part de l’effort », dénoncent les auteurs de la lettre. Ils rejettent « l’incapacité de nos gouvernements à respecter les engagements pris lors de la ratification de l’Accord de Paris en 2015 ».

Pour les signataires, le pays doit avant toute chose redoubler d’efforts pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre, afin d’éviter le pire du réchauffement. Il faut notamment « désinvestir les moyens financiers publics des sociétés dont l’activité contribue au dérèglement climatique et à la dégradation de l’environnement, et les réinvestir dans le développement d’une économie soutenable », proposent-ils.

Source : parismatch.be

 

Précedent Environnement : Le changement climatique aggrave la situation des maladies animales en Méditerranée
Suivant Région de l’Extrême-Nord : Trois communes touchées par les inondations

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 933 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu Afrique

CEMAC: L’AIMF pose les jalons d’une communauté d’acteurs locaux

La première Conférence des maires de la Communauté économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale (CEMAC) s’est tenue du 15 au 16 janvier 2016 à Yaoundé avec le soutien

Actu Cameroun

Mobilité Urbaine en Afrique : Le Cameroun abrite les travaux de la 3ème conférence

En posture de représentante personnelle du Premier Ministre du Cameroun, Joseph Dion Ngute, empêché, Célestine Ketcha Courtès a ouvert solennellement les travaux de la 3ème conférence sur la mobilité urbaine

Actu

Insalubrité a l’aéroport de Douala : les compagnies aériennes tirent la sonnette d’alarme

L’établissement de transport aérien camerounais fait face à un ultimatum posé le 23 Février, par plusieurs compagnies avec qui il collabore. L’insalubrité au sein de l’aéroport international est au cœur

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire