Algérie – Mairie de Khenchela : Kamal Hachouf limogé!

Algérie – Mairie de Khenchela : Kamal Hachouf limogé!

Déclenchée par la décision de l’édile municipaux le mardi 19 février, d’interdire l’accès à sa mairie à Rachid Nekkaz candidat à la présidentielle du 18 Avril 2019.

Le mardi 19 février 2019, quelques centaines de personnes se sont rassemblées devant la mairie de Khenchela à 500 km  au Sud-est d’Alger. Pour protester contre la décision du maire de fermer illégalement les portes du bâtiment, à Rachid Nekkaz un candidat déclaré à la présidentielle du 18 Avril 2019. Celui-ci avait annoncé sur les réseaux sociaux qu’il se rendrait à la mairie pour y recueillir et faire légaliser des parrainages d’électeurs, comme l’exige la loi électorale. Le maire, Kamal Hachouf membre du Front de libération nationale (FLN) parti du président algérien, Abdelaziz Bouteflika, avait en retour prévenu qu’il lui en interdirait l’accès. Au lendemain des manifestations le maire a été limogé.

Selon un responsable de la wilaya (préfecture) de Khenchela a indiqué le mercredi 20 février 2019 à l’AFP, sous le couvert de l’anonymat, que le maire avait été démis de ses fonctions par le wali, le préfet. Il ignore si cette situation est liée aux incidents survenus, le mercredi 19 février 2019 devant la mairie de Khenchela.

Précedent Chantiers routiers : les entreprises défaillantes dans le viseur de Ketcha Courtès
Suivant Local governance: Doumaintang municipality to the test

Auteur

Vous pourriez aussi aimer

Actu

Mali – législatives : Ag Erlaf coupable de conspiration contre l’Etat

Le ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation, Mohamed Ag Erlaf, a avoué le 6 octobre 2018, faire obstacle pour un report des législatives. Le ministre de l’Administration territoriale

Actu Cameroun

Hygiène et désordre urbain : La Communauté urbaine de Douala arrête ses objectifs

Ce sont les deux priorités de la ville de Douala fixées lors de la session ordinaire du conseil de communauté vendredi 14 décembre 2018.

Actu Cameroun

Détournement de fonds publics : un sous-préfet, un maire et des chefs de village en garde à vue.

Kaima, le sous-préfet de Lobo de 2011 à 2017, le maire et plusieurs chefs de l’arrondissement ont été mis en garde à vue de 48h, au Tribunal criminel spécial (TCS)

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire