Quelle sera la nouvelle carte communale après le 9 février 2020?

Quelle sera la nouvelle carte communale après le 9 février 2020?

La campagne qui s’achève n’a pas drainé des foules, elle qui a été davantage marquée par une campagne contre le boycott lancé par le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc). Les élections municipales du 9 février donneront cependant lieu à une reconfiguration de la carte communale du pays. 

Pas moins de 305 communes sur 360 ont été dirigées par un maire du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) entre 2013 et 2020. C’est 2 mairies de plus que lors du mandat 2007-2013, où 303 maires Rdpc avaient fait main basse sur les communes.

Le Front national pour le salut du Cameroun (Fnsc) d’Issa Tchiroma Bakary ne s’attendait sans doute pas à avoir une commune sur tapis vert à Menji dans le Sud-Ouest, très loin des bases de ce parti dont le bastion est le Nord. D’ailleurs, son président est en lice pour être député et maire de Garoua 1er. En dehors de ce cas exceptionnel, il y a celui de l’Union nationale pour la démocratie et le progrès qui avant le scrutin est sûre d’avoir la mairie de Maga dans l’Extrême Nord. Quand au Rdpc, les partis dits d’opposition lui laissent un boulevard dans pas moins de 134 communes, les régions du Sud, de l’Est, du Centre et du du Sud-Ouest lui ayant quasiment été abandonnées. Illustration de cette curieuse situation : pas moins de 5 arrondissements sur les 7 que compte la ville de Yaoundé lui sont acquises sans combattre.

Si le Rdpc est parti pour un nouveau raz-de-marée en l’absence du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), force est de constater qu’il a décidé de se séparer de certains maires sortants ou leur a imposé de nouvelles têtes de liste, comme à Yaoundé 1, 5 et 7, Mfou, Mbalmayo, Maroua 1er, Dschang ou Bamusso. Peut-être dans l’espoir d’apaiser une base de plus en plus impatiente ou nourissant des griefs contre l’exécutif sortant. En outre, Douala est confirmée comme le laboratoire des joutes électorales avec notamment à Douala 1er où pas moins de 6 partis sont en lice et 5 à Douala IV. Maroua 1er est aussi le théâtre d’une lutte féroce entre 6 partis politiques.

Mais il sera difficile de faire barrage au Rdpc qui est bien parti pour rééditer ses scores des deux derniers scrutins

 

 

 

Précedent Sans le Mrc, une timide opposition s'expose au raz-de-marée annoncé du Rdpc ce 9 février
Suivant Que vont devenir les chevaux de bataille du Mrc après le 9 février ?

Auteur

Kamdem Souop
Kamdem Souop 343 Articles

Écrivain, éditeur et spécialiste de communication sur le changement de comportement social, il a dirigé le journal en ligne www.villesetcommunes.info et la WebTv www.villesetcommunes.tv de 2011 à 2020.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu Cameroun

BUDGET CUD : 52 milliards en 2015

La voirie, les transports, l’éclairage public, les logements constituent les grands axes de cette enveloppe de la Communauté Urbaine de Douala (CUD). Les schémas de travail de terrain sont déjà

Actu

Municipalités: Le mandat des conseillers municipaux prorogé jusqu’en 2020

Les potentiels candidats au poste du conseiller municipal  doivent encore attendre jusqu’à nouvel avis pour participer aux  prochaines  élections municipales au Cameroun.

Actu

Débat : L’élection du Maire de Ville et l’implémentation de l’autochtonie

La mise en oeuvre des changements opérés par le Code général des Collectivités territoriales décentralisées donne à voir l’entrée en scène des “Maires de ville”. Barthélemy Kom Tchuente, Ingénieur de

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire