Sénat : la session de plein droit ouverte

Sénat : la session de plein droit ouverte

La chambre haute a inauguré ce 24 avril sa seconde législature au Palais des congrès de Yaoundé. Présidée par le doyen d’âge Chief Victor MUKETE, la paix et la sécurité sont au cœur des assises.  

Dans ses propos introductifs, le sénateur et doyen d’âge de l’instance a fortement appelé à la paix tout en condamnant les violences en cours dans les régions anglophones pour la déstabilisation du pays. Une cérémonie rehaussée par la présence du président de l’assemblée nationale, du premier ministre et membres du gouvernement, le président du conseil constitutionnel Clément Atangana, le corps diplomatique, famille et amis.

Après la vérification du quorum, le sénat pourrait valablement délibérer, c’est la formule généralement consacrée. Quelques exceptions ont été soulevées notamment par Henry KEMENDE GUEMSE, sénateur du Nord-Ouest qui conteste le choix d’un membre du bureau, et le choix du président du bureau d’âge, au motif les incompatibilités du Chief MUKETE actuel PCA de l’entreprise publique CAMTEL.

Toutefois, le sujet ne figure pas à l’ordre du jour. Des précisions apportées par le sénateur UNDP, Pierre Flambeau Nganyap qui souligne au respect de l’article 9 du règlement intérieur du sénat. « La vérification des incompatibilités est faite par les bureaux crées à cet effet, ils sont composés de 25 membres au plus, et reflètent la composition politique du sénat. L’élection des membres du bureau de vérification a lieu en séance plénière, au scrutin de liste secret, à la majorité absolue. Si la majorité absolue n’a pas été acquise au premier tour du scrutin, il est procédé un second tour dans ce cas la majorité simple suffit…les sénateurs ne sont pas autorisés à s’autovérifier ou à tout vérifier, l’état d’incompatibilité dans lesquels ils pourraient se trouver »

Pour Mme MOUANPIANDJO Marie-Claire, sénatrice région de l’Est, « on est heureux on est en haut, on a été sénateur élu et c’est déjà tout un honneur d’avoir été investi par le parti RDPC et on a eu un très bon score et on rempile, les défis sont la décentralisation et le développement local. »

Néanmoins le programme prévoit la création de nombreuses commissions dont celles de la vérification des incompatibilités, la validation des mandats, la remise des attributs, l’élection du bureau permanent du sénat, pour un mandat d’un an renouvelable.

Précedent Ministère de la décentralisation et du développement local: attention à l'abréviation
Suivant Congo: coupure d'eau dans 9 communes de Kinshasa

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 203 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu Cameroun

Développement local: Ngaoundéré accueille bientôt une maison de charcuterie

C’est dans le souci d’assainir l’assiette économique via la commercialisation de produits charcutiers dans la région que les études de la première phase de mise en place, ont été rendues

Actu Cameroun

Gouvernance : Un manuel de procédures pour contrôler les Ctd

Le manuel de procédures de contrôle des collectivités territoriales décentralisées (Ctd) a été mis à la disposition du ministère camerounais en charge de la décentralisation le 2 mai 2014. Le

Actu Cameroun

Décentralisation: le Premier ministre fixe de nouveaux objectifs

Au terme de la session du Conseil national de la décentralisation (CND) tenue le 28 juin 2016, de nouvelles actions en faveur du processus de décentralisation au Cameroun sont attendues.

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire