Législatives 2020 : Les nouveaux députés sont connus depuis le 28 février

Législatives 2020 : Les nouveaux députés sont connus depuis le 28 février

Le 28 février 2020, le Conseil constitutionnel a proclamé les résultats des législatives du 9 février, consacrant ainsi l’écrasante victoire du parti au pouvoir et l’entrée en scène de quelques noms pour leur premier mandat électif. Cabral Libii, 3e de la présidentielle de 2018 étant le plus en vue de tous.

Le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), parti au pouvoir, s’en tire avec une majorité absolue à la chambre basse du parlement, lui qui dispose déjà de l’ensemble des 70 sièges de la chambre haute depuis 2018. A la lecture des résultats proclamés hier, et en attendant les législatives partielles qui seront organisées au plus tard le 9 avril dans 11 circonscriptions des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le Rdpc dispose déjà de 139 députés sur 180.

Cette victoire est couplée à une situation inédite depuis 1992. Pour la première fois, depuis le retour au multipartisme, aucun parti de l’oppositon réelle ou supposée ne dispose d’un groupe parlementaire. Et pour cause, le deuxième parti en nombre de députés est l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (Undp) avec 7 députés. Suivent respectivement le Social democratic front (Sdf) avec 5 sièges, le Parti camerounais pour la reconstruction nationale (Pcrn) avec 5 sièges, l’Union démocratique du Cameroun (Udc) avec 4 sièges, le Front pour le salut national du Cameroun (Fsnc) avec 3 sièges, le Mouvement pour la défense de la République (Mdr) avec 2 sièges et l’Union des mouvements socialistes (Ums) avec 2 sièges. Soit en tout 8 partis et 167 sièges répartis en attendant les 13 à pourvoir dans le Lebialem (Sud-Ouest) et dans 10 circonscriptions du Nord Ouest.

De l’avis de plusieurs analystes, l’annulation partielle des législatives dans certaines circonscription des régions anglophones a pour seul but de donner une chance au Sdf, qui n’a cessé de dégringoler dans les scrutins auxquels il a pris part depuis 28 ans, de rebondir et espérer un arrangement lui permettant d’obtenir 15 députés, nécessaires pour avoir un groupe parlementaire à l’Assemblée nationale. Ce ne serait pas le premier arrangement du genre, le Sdf ayant en 2013 bénéficié du coup de pouce du Rdpc pour obtenir ses 14 premiers sénateurs. Avoir un groupe parlementaire procure des avantages financiers, matériels ainsi qu’un temps de parole plus important lors des débats et questions au gouvernement. Pour un parti qui a bâti une bonne partie de sa survie sur le financement public des partis politiques sur la base de leurs résultats électoraux, ce serait loin d’être un scandale.

Précedent Débat : L’élection du Maire de Ville et l’implémentation de l’autochtonie
Suivant Législatives 2020 : L'opposition n'aura pas de groupe parlementaire

Auteur

Kamdem Souop
Kamdem Souop 343 Articles

Écrivain, éditeur et spécialiste de communication sur le changement de comportement social, il a dirigé le journal en ligne www.villesetcommunes.info et la WebTv www.villesetcommunes.tv de 2011 à 2020.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu

Yaoundé – Marché Mokolo : Démarrage des travaux d’aménagement

Le tracé principal d’un des plus grands espaces marchands de la capitale, connait une réfection entamée le 27 février 2019 sous la supervision de la commune de Yaoundé 2.

Focus

Sénatoriales 2018 : les femmes du Mfoundi veulent des sénateurs qui portent leur cause

Nombreuses parmi les conseillers municipaux aux urnes ce 25 mars 2018, elles ont rappelé que leurs voix doivent se faire entendre dans la chambre haute du parlement. Une prise en

Art et culture

EYANGO : Chronique d’un succès mort-né !

La première production des filles de la légende vivante sous BIG DREAMS, est un fiasco musical à nul autre pareil. Voici pourquoi après « Ma Lova » Kamala et Mina doivent arrêter

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire