Covid-19 : Comment Yaoundé vit son confinement décidé le 17 mars 2020

Covid-19 : Comment Yaoundé vit son confinement décidé le 17 mars 2020

Après les actions dévoilées par plusieurs pays pour lutter contre le coronavirus, le Cameroun est enfin passé à l’acte. 13 mesures ont été prises par le président de la République, à la suite d’une réunion de crise le 17 mars 2020 présidée par le Premier Ministre Joseph Dion Ngute.

Il est 9H dans la capitale politique. Les taxis, moto-taximen, « clandos » en tout genre, s’attellent à transporter les usagers vers les lieux de services pour les administratifs, pour d’autres aux espaces marchands, et bon nombre d’endroits essentiels pour les activités vitales. En effet, ce mercredi 18 mars 2020, est en vigueur les mesures prises par la veille par le président Biya. Des décisions prises à la suite d’une réunion de crise interministérielle, conduite à l’immeuble étoile. Dans plusieurs quartiers, de Melen, Biyemassi, Mokolo, Oyomabang, Essos, Nsam, Omnisport, c’est le même dessin : les écoles primaires et secondaires sont fermées. Une restriction étendue aux Universités du pays, dont l’une avait prise de l’avance via le Recteur Maurice Aurélien Sosso de l’Université de Yaoundé 1. L’intéressé avait dévoilé la suspension des cours allant du 17 mars au 13 avril 2020.

Les marchés sont restés ouverts conformément aux mesures, tout comme les supermarchés, grandes surfaces, et espaces de services essentiels. Après les initiatives prises par des pays amis à l’image de la France, la Colombie, Tunisie, Cote-D’Ivoire, Gabon, Cote-d’Ivoire, les frontières aériennes, terrestres, et maritimes sont désormais fermées. Les ministères et administrations publiques restreintes au strict-minimum soit des réunions de 10 personnes au plus, encouragés à des communications électroniques et télétravail, les rassemblements et manifestations limitées à 50 personnes.

Concernant la mobilité, les transports urbains et interurbains se feront désormais qu’en cas d’extrême nécessité. Néanmoins dans la ville, l’on a observé des limites à ces mesures notamment sur la mobilité des personnes. Les taxis de ville, cars de toutes sortes, et « clandos » effectuant des lignes particulières dans leur entière majorité n’ont pas arrêté les surcharges, et ce malgré l’aspect dissuasif des forces de l’ordre déployées sur tous les axes. De Montée Aurore, Carrefour Warda, Elig-Edzoa, Avenue Kennedy, les images sont demeurées les mêmes.

En outre, certains tenanciers de débits de boissons, snacks, espaces gourmets pour la plupart ont tenu à respecter les mesures à l’image du restaurant coté Haïra en face du SED, même si quelques-uns faisaient de la résistance, ou mieux encore étaient ouvert au vu et au su de tout le monde. C’est un Yaoundé by night bien loin des bruits, rues pratiquement désertes qui est vécu et ce pour une durée certainement renouvelable. D’ailleurs, on a aperçu des patrouilles de gendarmerie à Tsinga, 2ème arrondissement de la ville, avec des masques comme pour passer le message : Attention, respectez les règles.

Assouplissement des mesures

Le Premier Ministre a défini 15 jours renouvelables en cas de nécessité pour les mesures via un communiqué du 18 mars 2020. Les audiences sont maintenues au sein des juridictions dans le strict respect du quota de 50 personnes. De plus, les échanges avec l’étranger va se poursuive notamment pour le Tchad et la RCA don les chauffeurs ne subiront préjudices. Pour les administrations, le chef du gouvernement parle de l’utilisation systématique des thermoflashs dans les lieux de service, tout comme les désinfectants, restriction des visites au sein des administrations. En outre, les Ministres de l’administration territoriale, de la Communication, du commerce, des transports, du Secrétariat d’Etat à la Gendarmerie et du Délégué général à la sûreté nationale sont chargés chacun en ce qui les concerne, de l’application de dispositifs dont ils en ont compétences.

Précedent Municipales 2020 à Paris : Anne Hidalgo en tête du premier tour loin devant Rachida Dati
Suivant Désordre urbain : Le Maire de ville de Yaoundé donne 7 jours aux Taximen

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 927 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu

Aménagement urbain : Célestine Ketcha Courtès prend le pouls à Mimboman

Le Ministre de l’habitat et du developpement urbain s’est rendu mardi 26 mars 2019 au FEICOM  à Yaoundé, afin de s’enquérir de la situation.

Actu Cameroun

Sénat: Niat rempile pour un an

Marcel Niat Njifenji, a été réélu à la présidence du Sénat par 86 voix sur 99 votants le 17 mars 2014. Avec lui, c’est l’ensemble du bureau élu l’année dernière

Actu

Commune d’Edéa 1er : Un journaliste séquestré au sein de la municipalité

Le Directeur de Publication du journal Villes et Communes, Kamdem Souop a été retenu pendant plusieurs heures vendredi 15 mars 2019, par le maire de la commune.

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire