AGC 2019: Un nouveau mode d’élection des maires envisagé

AGC 2019: Un nouveau mode d’élection des maires envisagé

Il s’agit d’une des réflexions posées dans le cadre de l’atelier numéro 1 portant cadre normatif et institutionnel de la commune le 7 février 2019.

Les élus locaux participants à ces travaux ont exprimé le besoin de voir les magistrats municipaux être portés à leurs fonctions par les populations et non par les conseillers municipaux comme c’est le cas depuis l’introduction des joutes électorales municipales. En effet, les maires posent une équation importante pour une transformation de la démocratie locale. Du scrutin secret uninominal à deux tours pour le maire, il est passé à un scrutin de liste élu par le conseil municipal. C’est donc une désignation indirecte, lorsqu’on sait que les magistrats municipaux sont au service de leurs populations. La base d’une légitimité se pose.

La notion de tête de liste reste à clarifier pour les maires, et le président de séance Jean Claude Tcheuwa, Inspecteur Général du ministère de la Décentralisation et du Développement local (Minddevel) a exhorté les élus locaux à faire propositions. Ainsi donc, les maires pourraient être désignés désormais, suivant le classement en tête de liste et non plus par le conseil municipal. Un problème soulevé par le maire Rdpc de Bertoua 1er  Olivier Bembel D’ipack. Le risque de voir être porté un maire « harangueur de foules » plutôt qu’un technicien local, est par conséquent à minimiser. Toutefois, des interrogations demeurent au sujet de l’élection des adjoints en cas de pluralité des partis politiques au sein du conseil municipal sorti des urnes.

En outre, le profil des maires a été posé comme l’une des conditions à l’exercice du poste. Plusieurs raisons ont été identifiées, à savoir le problème de l’alphabétisation des candidats, leurs compétences de base, une absence de visibilité des programmes communaux. De même, se sont demandé les participants : est ce que la vision que possède le maire ou l’aspirant est partagée par sa population ? Le maire Sdf de Bafut, Ngwasoh Abel Langsi a quant à lui souligné que les maires ne disposent pas toujours de toutes les armes d’exercice, raison pour laquelle les services déconcentrés de l’Etat sont à leurs côtés, pour leur permettre de réaliser des projets locaux et bien gérer la municipalité.

Comme recommandations principales au sortir des pourparlers, il a été demandé de clarifier le statut de tête de liste dans le cadre d’une élection municipale, le mode de désignation des membres des exécutifs municipaux tant sur le plan des qualités managériales que sur celui des exigences en termes de profil et de vision portées.

Au plan juridique et institutionnel, il s’agit de mettre la dernière main à des textes réglementaires dont la plupart sont déjà parvenus à l’étape ultime de leur élaboration. Ces textes concernent principalement les statuts des personnels communaux et des élus locaux, ainsi que le fonctionnement des régions. Par ailleurs, certaines dispositions législatives devront venir compléter celles déjà existantes pour la gestion des domaines non encore encadrés ou insuffisamment réglementés.

 

A lire dans ce dossier :

Précedent Assises Générales de la Commune : Une décentralisation à parfaire !
Suivant AGC 2019 : L’urgence d’une fiscalité locale assainie

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 933 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu

Commune de Yaoundé 5 : La communauté musulmane à l’honneur

La cérémonie solennelle de remise de dons pour ce mois de ramadan, a été présidée par le maire Yvette Ngono le 8 mai 2019, en présence du Sous-Préfet de l’arrondissement

Actu

Beyrouth 2016 : AfroLeadership et REFELA-CAM partenaires

La section Cameroun du Réseau des femmes élues locales d’Afrique (REFELA-CAM) et l’organisation de la société civile ont signé une convention de partenariat. Le 30 septembre 2016, Célestine Ketcha Courtès

Actu Afrique

Assainissement urbain : Les factures impayées découragent le personnel d’Ozone-Mali

La société de nettoyage marocaine, cumule des factures impayées à plus de 17 milliards de FCFA, auprès de l’Etat malien et de la Mairie de District.