Ouarzazate terre du capital humain et du marketing territorial

Ouarzazate terre du capital humain et du marketing territorial

Le second Congrès international sur le capital humain et le marketing territorial a lieu les 13 et 14 avril à Ouarzazate. Plus de 120 chercheurs marocains et étrangers spécialisés dans le développement durable et le capital humain seront présents.

Initiée par le Centre international des études et des recherches stratégiques de gouvernance spatiale et développement durable dans les oasis et les montagnes, en partenariat avec des institutions nationales et internationales, sous le thème « Ouarzazate, capitale internationale de l’énergie solaire et de la fructification des ressources territoriales », cette rencontre connaîtra la participation de représentants de gouvernements, du secteur privé, de la société civile, d’organismes internationaux, ainsi que d’ambassadeurs étrangers. C’est ce qu’indique un communiqué du Centre international des études et des recherches stratégiques publié le 30 mars dernier.

Ce second congrès ambitionne de promouvoir les dimensions historiques, patrimoniales et culturelles dont regorgent les zones oasiennes, sahariennes et de montagne, et particulièrement le patrimoine humain qui doit être investit dans le développement spatial de ces régions, précise le communiqué.

Favoriser le partage des expertises entre les différents intervenants et acteurs concernés, selon des approches variées à partir des expériences sur le terrain aux niveaux africain et maghrébin, mais aussi au niveau des pays du Golf, connus par la richesse de leurs oasis et déserts, selon la même source. C’est un autre aspect que la rencontre prône.

Le but principal est la recherches des mécanismes stratégiques nécessaires pour placer l’homme au cœur des opérations de développement dans les zones souffrant de la précarité et du manque de ressources. Ce sont notamment les zones oasiennes et sahariennes dans la région du Drâa-Tafilal et dans d’autres pays africains.

Pour clôturer les assises, les participants doivent formuler des recommandations destinées aux responsables concernés. Ces dernières pourront être adoptées pour des projets économiques générateurs de revenus et serviront à chercher des solutions scientifiques pour l’exploitation des ressources territoriales dans le développement local.

Précedent Senegal: decentralization “Act III”, an engine for competitive territories
Suivant Décentralisation : le Cameroun et l’ONU pour le renforcement du processus

Auteur

Nadia Dicka Lobe
Nadia Dicka Lobe 97 Articles

Journaliste passionnée, elle fait ses débuts en presse écrite, puis en radio. Au fil du temps elle se familiarise avec la rédaction web. Récemment son travail est axé sur les questions de décentralisation, de gouvernance locale et de développement local.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu Afrique

Sénégal : le Haut Conseil des Collectivités Territoriales  en marche

C’est ce qu’a tenu à rassurer son président Ousmane Tanor Dieng devant le Cercle des communicants en Décentralisation (2CD). Le Président du Haut Conseil des Collectivités Territoriales(HCCT), Ousmane Tanor Dieng

Actu Afrique

Sénégal : Un maire plaide pour l’alphabétisation des conseillers municipaux

Le maire de la commune de Ségré Gatta (Birkelane), Pape Abdou Ndiaye, a appelé, le 11 septembre 2015 ses collègues maires à œuvrer pour l’alphabétisation des conseillers municipaux en vue

Actu Afrique

Djibouti : l’Union Européenne et l’AIMF signent un partenariat pour renforcer les autorités locales

L’Ambassadeur de l’Union européenne à Djibouti, Adam Kulach et le Secrétaire permanent de l’AIMF, Pierre Baillet, ont signé le 30 novembre un contrat de plus d’un million d’euros pour la

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire