« En 2011, la loi des finances a fait marche arrière »

Bernard Momo, Maire de Dschang

« La loi qui a été votée au profit des Ctd en matière fiscale n’est pas appliquée. Déjà, elle n’était pas très ambitieuse, parce qu’il y a encore des impôts et taxes qui auraient dû être totalement reversés aux Ctd. Et au cours de la première année des transferts, les centres divisionnaires des impôts nous reversaient quotidiennement les impôts et taxes collectés. En 2011, la loi des finances a fait marche arrière et les recouvrements sont faits par les centres des impôts, centralisés et envoyés chez le Trésorier payeur général. Or le nôtre est à Bafoussam. De plus, le Tpg retient 10% de frais d’assiette et il ne procède pas au reversement aussi facilement que vous l’imaginez. On doit aller négocier une fois de plus. C’est un recul par rapport à 2010.

Par ailleurs les choses se passent comme si on revenait vers l’unicité des caisses, alors qu’antérieurement, nous voyions des communes s’autonomiser comme le prévoient les lois de 2004 avec un receveur municipal et un contrôle financier interne; ce qui nous donnait davantage de pouvoir pour le recouvrement de nos impôts.

Je pense que le gouvernement devrait se raviser et aller à la décentralisation sans arrière pensée. »

Précedent Mettre fin aux mauvaises pratiques
Suivant La loi des finances 2011 en question

Auteur

Kamdem Souop
Kamdem Souop 288 Articles

Écrivain, éditeur et spécialiste de communication sur le changement de comportement social, il dirige www.villesetcommunes.info et présente l'émission de télévision www.villesetcommunes.tv

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Dossiers

15 ans de décentralisation: après les discours, les actes…

Consécration du développement par la base Régulièrement mise sous les feux de l’actualité, la décentralisation semble être une option irréversible de gouvernement adoptée par le Cameroun. Rapprocher l’administration des administrés,

Dossiers

Langues nationales: Bon à savoir

Cadre juridique et légal de l’enseignement des langues nationales Le cadre juridique favorable à l’émergence de cette philosophie est porté par la totalité des textes de lois promulgués ces deux

Dossiers

Yaoundé : Contestation et concertation au menu des marchés

Communauté urbaine et les commerçants sont en quête d’harmonie. 18 heures viennent de sonner ce lundi 10 février 2011. Le marché du Mfoundi à Yaoundé tarde à fermer ses portes.

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire