Gouvernance locale : 10 milliards de fonds à lever à la CUD

Gouvernance locale : 10 milliards de fonds à lever à la CUD

 La Commission des marchés financiers a donné l’autorisation à l’instance locale le 13 mars dernier, pour la réalisation de ses projets de développement.

La Communauté urbaine de Douala a désormais le feu vert du gendarme des marchés financiers pour lever des fonds. En effet, le collège de la Commission des marchés financiers présidé par Jean Claude Ngbwa, a autorisé le 13 mars 2018, la Communauté urbaine de Douala à faire un appel public à l’épargne pour la constitution du capital social de la Société d’investissement de Douala, à hauteur de 10 milliards FCFA.

Cet appel public à l’épargne dont la période de souscription n’a pas encore été fixée, s’adresse aux personnes physiques et morales camerounaises ou aux investisseurs étrangers désireux d’acquérir des actions de la SMID. EDC Investment Corp est le chef de file de l’opération de placement. Il doit transmettre le compte-rendu final détaillé de l’appel public à l’épargne à la CMF, au plus tard huit jours ouvrés après la clôture des souscriptions. Les fonds levés seront logés à Ecobank Cameroun.

C’est depuis le 5 janvier que le collège de la CMF a examiné le projet de création d’une société d’économie mixte par appel public à l’épargne, déposé par la Communauté urbaine de Douala. A la fin des travaux, Jean Claude Ngbwa, le président de la CMF, avait affirmé que « les membres du collège ont noté la pertinence de la démarche des autorités municipales, qui garantit la transparence et la participation des populations au développement de la capitale économique ». Et de poursuivre : « A l’issue de la délibération, les membres du collège ont adressé une liste de recommandations à transmettre à l’émetteur pour assurer plus de crédibilité et de fiabilité au projet envisagé » L’autorisation de la commission des marchés est pour la communauté urbaine, le début de la matérialisation de son rêve de créer une SMID. L’on sait que depuis décembre 2016, la CUD s’est engagée dans le processus de création d’une Société d’économie mixte (SEM) locale de gestion patrimoniale. Une « équipe projet » constituée d’une cinquantaine d’experts pluridisciplinaires, nationaux et internationaux, au premier rang desquels, ceux de la diaspora camerounaise et des experts accrédités par l’Association internationale des maires francophones (AIMF), a été mise à contribution.

Objectif : mettre en place une stratégie pour mobiliser 1 400 milliards FCFA. Ce qui permettra de construire certaines infrastructures telles que, le « Centre international des conférences de Douala » (12,4 milliards FCFA), la « gare routière multimodale de Bonabéri » (1,9 milliard), la « Forêt urbaine » située dans la vallée de la Bessékè (2,29 milliards), le « parc des expositions de Douala » pour un coût estimatif de 8,5 milliards FCFA, etc.

Selon Fritz Ntonè Ntonè, le délégué du gouvernement, la SMID doit permettre la rénovation du marché de New Deido qui va abriter 1800 boutiques, 15 magasins, des chambres froides, 360 étals, etc. Le marché de Bonamoussadi est aussi concerné dans ledit plan d’investissement.

 

Source : ECOMATIN

 

Précedent La GIZ œuvre pour la décentralisation en Tunisie
Suivant Deuxième pont sur le Wouri: le rond-point Deïdo rasé

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 397 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

L'Invité

Jochen Mattern : “Vers une décentralisation fiscale”

Jochen Mattern, Coordonnateur du Secrétariat du Réseau DeLoG « Le développement par la décentralisation est lié à la décentralisation fiscale » Le  réseau « Decentralisation & Local Governance » – DeLoG – réunit

L'Invité

« La décentralisation offre l’occasion d’une planification équitable du développement »

Albert Anicet Akoa, Maire de Ngoulemakong Maire de Ngoulemakong, une commune rurale de la région du Sud-Cameroun, et vice-président de l’association des Communes et villes unies du Cameroun (Cvuc), il

Actu

Cabral Libii : « Le conseil constitutionnel peut faire avancer la décentralisation »

Désormais homme politique et candidat à la présidentielle, l’universitaire de 39 ans revient sur les incidences de la mise sur pieds de l’institution. Quelles peuvent être les conséquences au niveau

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire