Assainissement urbain : Yaoundé à nouveau sous les eaux !

Assainissement urbain : Yaoundé à nouveau sous les eaux !

La grosse pluie qui s’est abattue hier mardi en fin d’après-midi, a une fois de plus plongé les artères de la cité-capitale dans d’effroyables inondations.

Les Yaoundéens s’interrogent sur ce phénomène devenu répétitif. Comme un air de déjà vu, à la suite sans véritables changements. L’averse qui s’est abattue aux alentours de 18H mardi, a littéralement transformé le centre-ville en une vaste rivière. Au lieu-dit « Avenue Kennedy » c’est la consternation. Bien d’automobiles garés se sont retrouvés dans les eaux qui arrivaient aux genoux. Les riverains, commerçants, passants, ont fait du mieux qu’ils pouvaient pour s’abriter et éviter de tomber dans le piège de ces eaux dangereuses. Une fois de plus, le Mfoundi est sorti de son lit comme d’accoutumée. Entre garages qui seront pris d’assaut ce mercredi pour les véhicules, des nettoyages systématiques des espaces marchands, les corvées seront multipliées. Si les garagistes en auront pour leur compte, ce n’est pas le cas des usagers qui paient le prix fort des restructurations en matière d’aménagement urbain dont les résultats sont proches de zéro, assurées autour d’un programme phare destiné à ce type d’incongruité : Le PADY ;

Le 26 février dernier, la capitale avait encore été victime de la furie des eaux au sein des mêmes artères et celles environnantes, sous une pluie diluvienne de près de deux heures, ayant causé d’énormes dégâts matériels.

Et le PADY  dans tout ça?

Le projet PADY qui a vu le jour en 2002, qui en est à ce jour à sa deuxième phase interroge donc sur son déploiement. Financé à hauteur de 22,3 milliards de francs Cfa par la Banque Africaine de Développement, il est piloté par le gouvernement camerounais avec l’appui des partenaires internationaux tels l’agence française de développement, et le Fonds pour l’environnement mondial

Le projet en cours en phase 2 comprend deux lots, dont les travaux du Mfoundi en aval, démarrés en décembre 2015 au niveau de la SCDP jusqu’au-delà de l’échangeur de Nsam. Le lot numéro deux est situé en amont à partir de la poste centrale jusqu’au pont de la gare. Cette partie en amont du Mfoundi est associée aux travaux de quatre autres affluents débutés en octobre 2015.

En effet, le délégué du gouvernement au cours d’un point presse le 28 février 2018, avait rappelé via un communiqué officiel, que les travaux constitués pour ce PADY Phase 2, ont par endroit favorisé le débordement des eaux fluviales, en raison de la réduction de la section des canaux en construction. Le document renseigne sur l’effectivité de la construction des canaux de drainage d’ici au mois d’Octobre 2018, et permettront d’évacuer aisément les eaux. Les travaux d’extension du réseau d’eau potable ont quant à elles limitées l’évacuation rapide des eaux pluviales collectées par la chaussée.

Toutefois, le Coordonnateur du projet Gérard ESSI NTOUMBA contacté par Villes & Communes en mars dernier, s’était voulu rassurant. Tout d’abord sur un document général sur la gestion et prévention des inondations qui devrait voir le jour ce mois de Juin. Enfin, sur des séances pour la sensibilisation adressées aux populations dont la première devait être organisé en mars

De plus, d’après Denis Nguetcho Chef de la mission de contrôle du Projet d’assainissement de Yaoundé (PADY II), le lot 1 (Mfoundi aval) qui prend en compte les travaux en cours à partir de la SCDP et du lot 2, aménagé sur la rivière Mfoundi amont, avaient en fin févrierdes taux d’avancement physique respectivement de 84% pour le lot 1 et près de 70% pour le lot 2. Les délais contractuels respectivement d’octobre 2018 pour le lot 2 et de Décembre 2018 pour le lot 1 devraient donc être respectés. Les travaux de construction des canaux de drainage des eaux pluviales dans la ville de Yaoundé comprennent également l’aménagement des voiries et trottoirs au voisinage desdits canaux.En rappel, Le financement de la première phase a permis l’assainissement de 3,5 km, sur un total de 9,4 km du lit principal du Mfoundi.

La CUY qui assure la maîtrise d’ouvrage aura donc pour tâche, de développer les infrastructures d’assainissement, d’améliorer le cadre de vie des populations à travers le renforcement des capacités en hygiène et santé. Sans oublier l’appui institutionnel des structures d’intervention telles que la CUY, les sept communes d’arrondissement de Yaoundé et les cellules d’exécution du PADY 2 entre autres.Les activités financées par le FEM permettront selon le coordonnateur de contribuer au drainage des eaux pluviales, à améliorer des conditions de vie de populations et à renforcer les capacités des acteurs du secteur.

Précedent
Suivant Les souscriptions prorogées à la SMID

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 144 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

L'Invité

Mobilité urbaine : la grève des taxis annulée

Le ministre en charge des transports a rencontré le 7 avril dernier, le collectif des syndicats nationaux pour trouver des voies de sortie, et empêcher les mouvements de boycott des

L'Invité

Marcel Niat Njifenji : Représente les CTD sans trop d’offensive

Depuis bientôt deux ans, il préside le Sénat du Cameroun. Cette Chambre Haute du Parlement camerounais qui représente les collectivités territoriales décentralisées. Les réalisations de cette Chambre constitueront des repères

L'Invité

Barrage hydroélectrique de Lom Pangar : l’ambassadeur de France sur place

Gilles Thibault, a visité du 22 au 23 mars dernier ce gros ouvrage, dont la réalisation est en partie financée par l’Agence Française de Développement.  Pour la circonstance, l’ambassadeur Gilles

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire