Développement local: 2ème édition du Prix National des meilleures pratiques communales

Développement local: 2ème édition du Prix National des meilleures pratiques communales

La 2ème édition du Prix National des meilleures pratiques communales de développement local du Fonds spécial d’équipement et d’intervention intercommunale (FEICOM) était attendue depuis 2015. C’est finalement le 22 avril 2016 que René Emmanuel Sadi, le ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation a procédé au lancement de cette 2ème édition.

En partenariat avec ONU-Habitat, le FEICOM veut amener les collectivités territoriales décentralisées à adopter les meilleures pratiques de développement susceptibles d’améliorer le cadre et les conditions de vie des populations.

Ce prix vise donc à récompenser les initiatives novatrices ou ayant contribué de façon remarquable et durable à la croissance et à l’amélioration du cadre de vie des populations. Les domaines à valoriser concernent la gestion des ressources, la gestion des équipements et des infrastructures, la gouvernance locale et le développement durable dans les 360 communes et les 14 communautés urbaines du Cameroun.

Le prix est doté d’une valeur de 100 millions FCFA. Les trois premiers recevront respectivement 50 millions FCFA, 20 millions FCFA et 10 millions FCFA. De même, dix prix spéciaux d’une valeur de 2 millions FCFA chacun seront remis par région. Selon les usages du Fonds, il s’agit « des avoirs au niveau de l’entreprise qui peuvent servir de contrepartie communale pour l’amélioration ou l’extension de la pratique gagnante, ou la réalisation d’un projet dans un domaine éligible aux prix et respectant les mécanismes de financement du FEICOM », a expliqué Philippe Camille Akoa, le directeur général.

Au cours de la première édition organisée en 2011, le jury avait reçu 138 soumissions émanant de 108 communes. En dernier ressort 26 soumissions avaient été présélectionnées en février 2012. Au bout du processus conduit par Dady Diagne, ancien parlementaire-maire sénégalais et fondateur du Partenariat pour le développement municipal (PDM), c’est la commune de Bangangté qui avait été présentée comme disposant de meilleures pratiques dans le domaine de l’accès à l’eau potable et l’assainissement avec la construction des toilettes écologiques.

Par la suite, ce projet de Maîtrise d’ouvrage durable dans le secteur de l’eau et de l’assainissement dans la commune de Bangangté (MODEAB) a reçu le Prix d’Excellence des Nations Unies pour le Service Public 2014 dans la Catégorie « Amélioration de la Prestation de Services en Afrique ».

Précedent Planification: le MINHDU et le PNDP harmonisent les outils
Suivant Le MINAS et le PNDP ensemble auprès des pygmées

Auteur

Kamdem Souop
Kamdem Souop 343 Articles

Écrivain, éditeur et spécialiste de communication sur le changement de comportement social, il a dirigé le journal en ligne www.villesetcommunes.info et la WebTv www.villesetcommunes.tv de 2011 à 2020.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu

Mobilité soutenable: L’Union Européenne auprès des Communautés urbaines

Un contrat signé le 20 novembre 2019 entre les deux Communautés urbaines et le bailleur de fonds en présence du ministre de la décentralisation et developpement local.

Actu Cameroun

Conseil National de la Décentralisation: Paul Biya signe un décret pour son organisation

C’est un décret constitué signé le 4 novembre 2020 qui décrypte l’organisation et le fonctionnement du Conseil National de la Décentralisation. 24 ans après les premiers textes sur le développement

Actu Cameroun

HEUMEN Tchana Hugues: ” Les séries africaines parlent des sujets courants, il faut que le cinéaste ose pour être original!”

Universitaire et critique de cinéma, Hugues Tchana a entretenu l’assistance le 16 juillet 2019, sur le thème du: “7ème art camerounais au prisme du patrimoine culturel: l’unité nationale et le

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire