Bibliothèques scolaires : « Lire Ensemble Cameroun » évalue son action

Bibliothèques scolaires : « Lire Ensemble Cameroun » évalue son action

Cette association de droit camerounais engagée dans la vulgarisation de la lecture a procédé du 20 au 30 avril 2015 au suivi-évaluation de la caravane du livre mise en place depuis 2011 dans certains établissements publics et privés du secondaire du Cameroun.

Alain Didier Bikoro Eneme, le maire de Kye-Ossi n’en revient pas lorsqu’il reçoit l’association Lire Ensemble Cameroun (LEC) dans sa commune, frontalière à la Guinée Equatoriale et au Gabon dans la partie sud du Cameroun. En toile de fonds des échanges, la possibilité de doter la municipalité d’un espace de lecture ou encore l’hypothèse de l’amélioration de la bibliothèque du lycée de la localité. Son engouement tient au diagnostic qu’il fait lui-même de la ville qu’il dirige à partir de son bureau logé dans le bâtiment de la sous-préfecture.

« Nous connaissons un problème de scolarisation de la jeunesse à cause du développement des activités informelles et l’immigration; ce qui crée une délinquance et l’incivisme sous toutes ses formes », explique le maire. Et de poursuivre que « l’école se meurt » dans la commune. Ce bref diagnostic n’est pas éloigné des déclarations du délégué départemental des enseignements secondaires qui a permis à l’équipe d’évaluation de LEC de présenter les objectifs de sa présence au cours de la séance d’évaluation des programmes qui a réuni l’ensemble des chefs d’établissement secondaires du département de la Vallée du Ntem le 28 avril 2015. Une dizaine d’établissements ont reçu en mai 2011, une dotation en livres pour leurs bibliothèques. Il s’agit des C.E.S de Mebem et d’Ekeke avec respectivement une dotation de 149 et 159 livres. 281 pour le lycée de Nyabisan, 307 pour le lycée de Ma’an, 271 à Olamze, 248 au lycée de Meyo Centre, 373 au lycée bilingue d’Ambam et 329 pour le lycée de Kye-Ossi. Dans les établissements, les livres sont disponibles. Le problème se situe au niveau des infrastructures devant accueillir les élèves.

Pour l’essentiel, aucun établissement de ce département ne dispose d’une bibliothèque. Les livres sont conservés dans les cartons pour certains. Dans d’autres établissements, ils sont gardés dans les bureaux des censeurs ou des proviseurs. C’est aussi le constat qui se dégage de la mission d’évaluation dans les régions du Centre et du Littoral. Au lycée technique de Matomb, le proviseur a préféré garder les livres dans le bureau du censeur. C’est dans cet espace étroit que les enseignants viennent consulter les ouvrages dans le cadre de la préparation de leurs cours, explique le chef d’établissement. Dans d’autres établissements comme au lycée de Pouma dans la commune du même nom, le proviseur marque son regret face à la dégradation avancée de l’établissement scolaire. Il n’est arrivé qu’il y a six mois. Ce qui n’a pas permis de prendre en compte l’état critique de la bibliothèque. C’est un bunker non éclairé qui abrite les livres. Ils sont mal rangés pour l’essentiel.

L’enseignant de langues et culture camerounaises qui donne un coup de main dans l’accueil des élèves cite l’absence de luminosité comme premier obstacle à côté de l’absence d’un espace propice pour la lecture. C’est dans la commune de Massock que l’équipe de Lire Ensemble Cameroun a pu observer des efforts de création d’une bibliothèque. Le lycée de Song Mbengue présente une bibliothèque réduite mais bien rangée. Les livres sont sur des étagères bien compartimentées sous l’encadrement de M. Georges Laurent Ndjé Bidjeck, enseignant de français. Automatiquement, les consultations sont régulières du côté des enseignants et des élèves. Dans la capitale politique, les lycées de Nkolndongo et Anguissa ainsi que le collège privé laïc Les Sapins ont reçu respectivement 523, 429 et 252 livres. Les deux premiers établissements publics n’ont pas ouvert leurs portes pour l’évaluation de l’usage du livre ainsi que de son impact sur les rendements des élèves et des enseignants. Au collège Les Sapins, malgré le délabrement de la bibliothèque, l’on note un relatif intérêt des élèves des classes de second cycle des séries scientifiques.

L’association “Lire Ensemble Cameroun” a été créée en novembre 2009 dans le but de contribuer à l’amélioration de l’accès au livre et aux autres supports d’apprentissage dans les établissements scolaires du Cameroun. Il s’agit pour cela de faire partager le plaisir de la connaissance à travers l’objet culturel qu’est le livre. Pour rappel, la caravane du livre a été lancée dans les régions du Centre, du Sud, de l’ExtrêmeNord et du Littoral en 2011.

Précedent Lutte contre la corruption en milieu scolaire
Suivant Berthe Solenge Somb, Présidente de l’association Lire Ensemble Cameroun : “Impliquer les mairies dans la gestion des bibliothèques”

Auteur

Kamdem Souop
Kamdem Souop 343 Articles

Écrivain, éditeur et spécialiste de communication sur le changement de comportement social, il a dirigé le journal en ligne www.villesetcommunes.info et la WebTv www.villesetcommunes.tv de 2011 à 2020.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Inter-Communes

Afrique de l’Ouest: l’Uemoa a un Conseil des CT

Le Conseil des Collectivités territoriales décentralisées de l’Afrique de l’Ouest peut susciter des émules sur le continent. S’il est admis qu’il n’existe pas de modèle de décentralisation à imposer aux

Inter-Communes

Bangangté signe une convention en France

Améliorer les conditions d’accès à l’eau et à l’assainissement des habitants de Bangangté : c’est autour de ces enjeux vitaux que se sont mobilisés acteurs camerounais et français. Lors du

Actu Cameroun

La commune de Fouesnant (France) offre des matériaux pour les populations du Ndé

La commune de Bagangté est aux avant-postes de la coopération décentralisée depuis de nombreuses années. C’est dans cet élan d’esprit que Mme le maire Célestine Ketcha Courtes a présidé le

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire