André Fotso, Président de l’Association nationale des opérateurs du secteur informel pour la lutte contre la pauvreté (Anosilp), antenne de Mokolo

André Fotso, Président de l’Association nationale des opérateurs du secteur informel pour la lutte contre la pauvreté (Anosilp), antenne de Mokolo

André Fotso, Président de l’Association nationale des opérateurs du secteur informel pour la lutte contre la pauvreté (Anosilp), antenne de Mokolo “Mokolo, c’est 6 ha de terrain inexploités”

D’une manière générale, les agents de la police municipale exagèrent un peu. Certaines personnes ont été déguerpies des sites ou elles payaient normalement leurs impôts et taxes. C’est la plupart d’entre eux qu’on retrouve sur le trottoir. On les a délogés sans les recaser. Vous devez savoir que le marché Mokolo, c’est à peu près 11 hectares de terrain, dont il y a 6 hectares qui restent inexploités. Nous proposons qu’on élargisse dont le marché vers les bas-fonds. Quand on nous dit que du fait du désordre la commune a perdu 7 milliards nous sommes étonnés.

Précedent Bernard Belinga Représentant du Maire de Ydé IV “En plein dans la participation citoyenne”
Suivant Basile Tchoundjeu Commerçant “Les autorités ne s’intéressent pas à nos problèmes”

Auteur

Kamdem Souop
Kamdem Souop 343 Articles

Écrivain, éditeur et spécialiste de communication sur le changement de comportement social, il a dirigé le journal en ligne www.villesetcommunes.info et la WebTv www.villesetcommunes.tv de 2011 à 2020.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Focus

Basile Tchoundjeu Commerçant “Les autorités ne s’intéressent pas à nos problèmes”

Nous ne sommes pas contre les déguerpissements de la police municipale. Le plus important est qu’on recase les gens avant de les déguerpir. Mais on a l’impression que les hautes

Focus

Adressage des rues : Faire vivre notre histoire commune

Le Minatd a révélé la position du gouvernement au sujet des noms de baptême des rues camerounaises. S’il a tenu à signaler que la commune de Pété-Bandjoun est « résolument

Focus

Conseil constitutionnel : il était temps !

Attendue depuis 22 ans, l’institution vient compléter l’architecture institutionnelle du Cameroun. Alors que les législatives, sénatoriales et présidentielles, dont elle assure le bon déroulement sont programmées en 2018. Le conseil

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire