Albert Bello, Commandant de la Compagnie de la Sécurisation des Etablissements Scolaires et Universitaires : “Nous sommes présents dans les 10 régions”

Le Commissaire de Police principal Albert Bello qui dirige cette unité spécialisée de la police créée le 19 Novembre 2012 par le président de la République du Cameroun, éclaire l’opinion sur le rôle de cette compagnie spéciale. Qu’est ce qui est fait au niveau de votre Service pour aider les élèves et étudiants à faire face au milieu extérieur ?

Merci pour cette importante question. En réalité, une bonne dose de notre travail actuellement repose sur la sensibilisation. Cela dit, nous recommandons aux parents d’accompagner les tout petits à l’école, d’éviter de les confier aux conducteurs de taxis ou de motos qu’ils ne connaissent pas, d’aller également les chercher à la sortie des classes. Les élèves ne doivent pas abandonner leurs cartables en salle. Nous allons, en synergie avec les autres Unités de Police, aider les élèves à traverser la chaussée en sécurité, tout en veillant à la fluidité de la circulation.

L’année scolaire 2013-2014 a été marquée par une recrudescence de la criminalité en milieu scolaire. Maintenant que vous êtes responsable d’un Service à part entière, quelles sont les méthodes utilisées pour faire reculer le phénomène?

Depuis la nomination des premiers responsables de cette structure en janvier 2014, sur instructions de la hiérarchie, nous avons aussitôt entamé des patrouilles desécurisation autour des établissementsscolaires et universitaires de jour comme de nuit. Au cours de ces patrouilles, plusieurs suspects ont été interpellés. D’autre part, nous avons effectué des visites de travail dans certains établissements pour témoigner toute notre disponibilité aux différents responsables qui solliciteraient nos services. En période de rentrée scolaire, nous intensifions nos patrouilles et envisageons des actions de sensibilisation des élèves et étudiants sur les dangers de la délinquance, et comment faire face aux menaces dont ils sont parfois l’objet, à l’instar des rapts, des viols, du vol, de la consommation de la drogue, de l’alcool, la pornographie infantile, etc. Nous comptons sur la Cellule de Communication et des Relations Publiques de la Délégation Générale à la Sûreté Nationale pour mieux atteindre cet objectif. Nous continuons d’examiner le phénomène criminel sous toutes ses formes en milieux scolaire et universitaire. Nous espérons également y trouver des solutions efficaces avec l’aide des enseignants et des parents d’élèves.

Quelle est la procédure de saisine de votre Service par les responsables d’établissements, les parents, les élèves et les étudiants à Yaoundé et dans d’autres villes du pays?

Nous pouvons être saisis par tousles moyens légaux : plaintes,dénonciations, appels téléphoniques,etc. En ce qui concerne lesRégions, sachez que laCompagnie de Sécurisation desEtablissements Scolaires etUniversitaires est une compagnieau sein du Commandement Central des Groupements Mobiles d’Interventions. Le Commandement Central des Groupements Mobiles d’Interventions a ses représentations dans toutes les dix Régions du pays. Ce sont les Groupements Mobiles d’Interventions, qui agissent sous la coordination des Délégués Régionaux de la Sûreté Nationale. S’il y a un problème, il faut saisir la Délégation Régionale ou l’Unité de Police la plus proche. C’est quand il y a débordement que la demande est faite au Chef de Corps et à ce moment-là, il nous met en mouvement; car la mise en mouvement du Commandement Central des Groupements mobiles d’interventions relève du Chef de Corps.

Précedent Ressources naturelles : Les communes n’en profitent pas
Suivant Electrification rurale : 90% du monde rural dans le noir au Cameroun

Auteur

Kamdem Souop
Kamdem Souop 343 Articles

Écrivain, éditeur et spécialiste de communication sur le changement de comportement social, il a dirigé le journal en ligne www.villesetcommunes.info et la WebTv www.villesetcommunes.tv de 2011 à 2020.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Focus

Basile Tchoundjeu Commerçant “Les autorités ne s’intéressent pas à nos problèmes”

Nous ne sommes pas contre les déguerpissements de la police municipale. Le plus important est qu’on recase les gens avant de les déguerpir. Mais on a l’impression que les hautes

Actu Cameroun

2018 Senatorial Elections in Cameroon: ELECAM Receives a pass mark from observers

They were all together 3723 national and international observers duly accredited who were present in the country on the 25th of March 2018 to watch closely the second ever organised

Actu Cameroun

Sénatoriales 2018 : une razzia du Rdpc à l’horizon!

Depuis 18h, horaire de fermeture des bureaux de vote ce 25 mars 2018, des estimations sont faites sur le bilan et les premières tendances en attendant les résultats définitifs dans

1 Commentaire

Laisser un commentaire