De l’importance des enjeux

Au fil des éditions d’Africités et devant la complexité des problèmes à résoudre, les assises prennent des allures d’assemblées constituantes.

C’est simplement parce qu’ils ont conscience d’inventer des solutions auxquelles personnes n’avaient songé jusqu’ici que les élus locaux se donnent tant de peine à œuvrer au sujet des sommets Africités.Cette année, l’un des principaux enjeux du sommet de Dakar se rapportait à la Charte africaine sur les valeurs et principes de la décentralisation, de la gouvernance locale et du développement local. Le chantier est avancé. C’est ce qui est ressorti de la réunion des ministres de la Conférence africaine de la décentralisation et du développement local (Caddel). Elle balisera la compréhension qu’ont toutes les parties de ce qu’il faut faire pour que les processus de décentralisation qui se généralisent sur le continent aboutissent à une meilleure gouvernance locale et secrètent le développement du continent.

En attendant, d’autres enjeux sont pressants et demandent de faire confiance aux collectivités locales. «Cela fait cinquante ans qu’on essaie de construire l’Afrique à partir des Etats-nations. Cette construction ‘par le toit’ n’a pas rempli toutes ses promesses. Il faut lui donner des fondations, les collectivités locales» a affirmé Jean-Pierre Elong Mbassi, Secrétaire général de Cités et gouvernements locaux unis d’Afrique (Cglua). ‘’La gouvernance locale, à l’image du gouvernement central, connait une certaine mutation. Aux défis classiques, tels que la santé, l’éducation et l’assistance sociale, s’ajoutent de nouveaux paradigmes d’une autre amplitude’’, a ajouté Macky Sall. Surtout que ces nouveaux paradigmes sont liés ”à la constance démocratique, au péril environnemental, aux problèmes d’assainissement, d’aménagement urbain et de sécurité, le tout dans un environnement de restriction budgétaire’’, a dit le président sénégalais. Ce qui n’est pas sans rappeler que ‘’l’aspiration des peuples à plus de démocratie et de transparence exige désormais à tous les gouvernants une gestion vertueuse des ressources et des affaires publiques”.

Pour Mohand Laenser, ministre marocain de l’Intérieur, qui a annoncé «la concrétisation de la recommandation de l’édition précédente du Sommet relative à la création d’une académie africaine pour la formation des élus et cadres locaux», il est urgent de mettre en place un fonds de soutien à la coopération décentralisée Sud-Sud.

Cette question du financement des collectivités locales en dehors des schémas classiques a été débattu lors de plusieurs sessions.

Précedent Afrique de l’Ouest: l’Uemoa a un Conseil des CT
Suivant Africities 6: Final Declaration

Auteur

Kamdem Souop
Kamdem Souop 336 Articles

Écrivain, éditeur et spécialiste de communication sur le changement de comportement social, il dirige le journal en ligne www.villesetcommunes.info et la chaîne de télévision www.villesetcommunes.tv.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Dossiers

Douala : plus de clarté dans la gestion des marchés

La loi sur la fiscalité locale du 15 décembre 2009 est venue clarifier les rôles de chaque intervenant dans la gestion des marchés dans la capitale économique. Finis les conflits

Actu Afrique

Africités 2018 : Merci Marrakech

Après le 5e Sommet organisé en 2009, la cité ocre du Maroc accueille à nouveau le Sommet Africités. Lorsque s’achevait le 7e Sommet Africités à Johannesburg en 2015, les acteurs

Actu Afrique

Africités 2018 : L’ombre de Khalifa Sall a plané sur l’ouverture du Sommet

L’ex-maire de Dakar est le grand absent du Sommet de Marrakech. Khalifa Ababacar Sall a été cité dans plusieurs discours pour regretter son absence mais aussi saluer le travail qu’il

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire