Africités 2018 : Le 8e Sommet officiellement lancé

Africités 2018 : Le 8e Sommet officiellement lancé

L’édition 2018 du Sommet Africités accueille plus de 5 000 acteurs du développement local.

La cérémonie qui a connu la participation d’un ancien chef d’Etat, Catherine Samba-Panza de Centrafrique, a été marquée par la reconnaissance Jean Pierre Elong Mbassi au Maroc qui, non seulement abrite le siège de la représentation Afrique de Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLUA), mais organise pour la deuxième fois en 9 ans l’événement qui est placé sous le haut patronage du Roi Mohammed VI. L’autre point qui a marqué l’événement est l’absence remarquée de celui qui a été deux fois élu président de la représentation Afrique de CGLUA : Khalifa Ababacar Sall.

Cette édition a été marquée par l’intervention de l’écrivain et économiste sénégalais Felwine Saar. Invité par le Secrétaire général de CGLUA, il a exposé sa vision des villes africaines de demain, consciente de « leur détermination de vivre ensemble avec des membres égaux mais différents », assumant leur potentiel, leur densité, leur vitalité circulante, leur dynamisme, mais aussi leur congestion, leur étroitesse, leur étouffement et de leur indécision quant à leur forme à venir ». Elles ne sont donc pas confrontées à un problème d’urbanisation, mais aussi surtout aussi à un projet politique, prenant en charge le défi écologique, leur créativité et leur singularité alors que plusieurs époques et manières d’occuper l’espace s’y côtoient, luttant contre les vestiges coloniaux.

Une ville singulière justement, c’est Marrakech, présentée par M. Elong Mbassi comme ouverte sur le monde, ce qui justifie son choix pour abriter certains des plus grands événements du monde. Ce qu’a confirmé le vice-maire de la ville de Yokohama (Japon), Kazumi Kobayashi.

Kigali, moderne, ordonnée, propre mais froide sans folie. Alger, blanche avec une élégance surannée, mais ancienne. Bamako, poudreuse, antique mais figée dans un passé à reconquérir. Abidjan, lagunaire, fière mais en lutte avec les stigmates de son douloureux passé récent. Dakar, tumultueuse et turbulente, mais n’a plus de poumons ni de verdure. Ces photographies du poète invitent à plaider pour que les villes africaines ne soient pas de pâles copies des villes occidentales ou orientales, mais des villes qui créent leur mouvement propre, qui règlent les questions fonctionnelles tout en se connectant à ce qu’il y a d’essentiel dans la culture des peuples qui les habitent. Bref, des villes intégratives, esthétiques, respectueuses de l’environnement et peu consommatrices en énergie. Le ton était lancé, sachant que le thème de cette édition est : « La transition vers des villes et territoires durables : le rôle des collectivités territoriales d’Afrique ».

Un vaste chantier dont ont conscience les autorités locales africaines auxquelles David André, Maire de Victoria (Seychelles), vice-président de CGLUA pour l’Océan indien et musicien à ses heures perdues a consacré un hymne.

Jusqu’au 24 novembre, plus de 120 sessions sont prévues dans l’espace Conférence, en plus d’une vingtaine d’ateliers dans l’espace Salon.

 

Lire aussi dans le dossier :

Africités 2018 : Rendez-vous est pris pour Kisumu en 2021

Africités 2018 : Libreville préside désormais le bureau de CGLUA

Africités 2018 : Nouveau record de participation

Africités 2018 : L’ombre de Khalifa Sall a plané sur l’ouverture du Sommet

Africités 2018 : CGLUA remercie Marrakech

Précedent Africités 2018 : L’ombre de Khalifa Sall a plané sur l’ouverture du Sommet
Suivant Mali : La mairie de Bamako 3 interdit la marche des syndicats de la police nationale

Auteur

Kamdem Souop
Kamdem Souop 301 Articles

Écrivain, éditeur et spécialiste de communication sur le changement de comportement social, il dirige le journal en ligne www.villesetcommunes.info et la chaîne de télévision www.villesetcommunes.tv.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Dossiers

Cuy: Le tribut de l’assainissement

Pour Gilbert Tsimi Evouna, la beauté de l’architecture urbaine est tributaire de celle des marchés qui parsèment la cité. C’est pourquoi lors des opérations d’assainissement de la ville de Yaoundé

Dossiers

Umushyikirano 2018 : Des citoyens égaux pour les échanges

Assis au milieu des participants comme chaque année, , Paul Kagame et les autres citoyens en salle comme connectés au téléphone ou par internet ont interagi avec les panélistes. Les

Dossiers

Action syndicale: l’éternelle défense des intérêts des transporteurs

La précarité de l’emploi, l’absence de sécurité sociale, la lutte contre l’insécurité et la recherche du dialogue avec les autorités administratives constituent certains pans de l’action syndicale dans les transports

1 Commentaire

Laisser un commentaire