Covid-19 : La ministre des enseignements secondaires met la pression sur les communes pour la rentrée du 01 juin

Covid-19 : La ministre des enseignements secondaires met la pression sur les communes pour la rentrée du 01 juin

Malgré le démenti du ministère des Enseignements secondaires au sujet de la lettre signée le 19 mai dernier, la rentrée du 01 juin se prépare en comptant partiellement sur les communes qui n’ont toujours pas reçu de financement public en 2020.

Sans doute tenue par l’étau qui se resserre autour de son ministère qui doit organiser la reprise des cours pour les classes d’examen et les examens de fin d’année pour éviter une année blanche, Pauline Nalova Lyonga a saisi le ministre de la Décentralisation et du développement local (Minddevel) à l’effet d’obtenir de lui que les communes financent la désinfection des établissements scolaires avant le 01 juin.

Une sollicitation qu’elle justifie par le fait que cette activité n’a pas été budgétisée par son département ministériel. Approchée, Brigitte Ambassa, la Chef de la Cellule de Communication de ce ministère affirme que ce courrier est un Fake. Ce n’est pas la première fois que ce ministère se dédit depuis le début de la crise.

Elanga Obam provoque la colère des maires

Un démenti mis à mal par la réponse favorable de George Elanga Obam. Le minddevel a accédé à la requête de Nalova Lyonga et signé ce 27 mai un message – fax adressé aux préfets. Il y demande que les maires prennent des dispositions pour désinfecter non seulement les campus scolaires mais aussi les campus universitaires. Pour ne pas faire les choses à moitié, les collectivités territoriales décentralisées devront aussi doter les campus de “dispositifs de nettoyages des mains et thermo flash”.

Sollicités, les maires n’ont pas souhaité s’exprimer ouvertement. Toutefois, sous anonymat, ils laissent éclater leur colère. Et à juste titre, pourrait-on dire. Cette demande de Nalova Lyonga survient alors que les communes n’ont encore reçu aucun financement au titre de l’exercice en cours qui va entrer dans son 6e mois le jour de la rentrée scolaire envisagée. “On est en pleine République des sorciers, explose l’un. Non seulement nous n’avons pas encore reçu de Centimes additionnels communaux, mais en plus les taxes communales ont été suspendues pour cause de lutte contre le Covid-19”. Une autre complète : “C’est du charlatanisme, car il faut relever que les enseignements secondaires ne font pas partie du portefeuille des communes, mais plutôt des régions. Heureusement que nous n’avons à date rien reçu comme instruction du ministre de tutelle”. Un troisième renchérit : “C’est tout simplement regrettable. Le Chef de l’Etat a demandé le 19 mai dernier que tous les moyens soient consacrés à la lutte contre le Covid-19. On voit aujourd’hui que son premier ministre et son gouvernement n’ont rien compris. Leur comportement rappelle un certain discours de 1984”.

Il faut dire que l’ire des maires s’appuie sur une frustration intérieure au moment où les députés se voient accordée une dotation véhicule dont le montant se chiffre à 4,5 milliards Fcfa. Ils n’ont pas de salaire. “Les maires réclament toujours les arriérés de salaires des années antérieures et les nouveaux n’ont jusqu’ici rien perçu”.

Silence radio sur le Fonds de solidarité et de promotion de l’éducation

Une visioconférence présidée par la Minesec a été organisée le 26 mai à l’effet de peaufiner les préparatifs de la rentrée fixée au 01 juin. Il en ressort que les délégués départementaux ont 48 heures pour soumettre  la hiérarchie un rapport de situation sur le respect des dispositions suivantes : “approcher les maires pour une aide substantielle” pour la désinfection des campus et en apporter la preuve par photo et vidéo, demander aux chefs d’établissement de procéder à une répartition des effectifs de manière à ne pas excéder 24 élèves par salle de classe, pas d’internat ni de cantine scolaire, entre autres. En outre, une mission de contrôle devrait être organisée le 01 juin.

Aucun mot sur le Fonds de solidarité et de promotion de l’éducation mis sur pied en 2001 par le décret présidentiel n°2001/041 portant organisation des établissements scolaires publics et attributions des responsables de l’administration scolaire, notamment dans son article 6, pour :  “(1) la réhabilitation en urgence des infrastructures scolaires sinistrées; le secours d’urgence aux personnels éducatifs victimes de sinistres avérés; (2) de Fonds est assis sur les contributions exigibles et est constitué à hauteur de 5% desdistes contributions”.  La crise du Covid-19 pourrait pourtant justifier la mobilisation de ce Fonds dont l’utilisation reste opaque. Invitée à en dire un mot, Brigitte Ambassa a dit son incompétence à parler du sujet.

Un fonds qu’une source sous anonymat présente comme représentant entre annuellement entre 600 et 800 millions Fcfa. Une information que nous n’avons pas pu confirmer. “Ce fonds devrait en principe servir pour des situations comme celles que nous traversons avec le Covid-19, plaide un maire. Achat de masques, fabrication de gels, désinfection régulière des établissements scolaires, paiement du salaire des vacataires, appui financier à l’enseignement technique pour la production à grande échelle de tout ce qu’il faut pour les élèves, enseignants du secondaire comme du primaire”.

Toutefois, un maire conclut en rappelant le rôle majeur, du reste admis dans d’autres pays du monde, des maires dans la gestion des crises, espérant que le gouvernement prenne enfin au sérieux les élus locaux. “Nous sommes bien placés pour être en première ligne du combat. On préfère le ministère de l’Administration territoriale et les autorités administratives. Mais je tiens à leur rappeler que la décentralisation ne fera pas marche arrière. L’époque des administrateurs maires est révolue”.

Précedent Souvenirs: Le regard de Richard Bona sur les CD piratés qui font l'objet d'un autodafé
Suivant Environnement: l'abandon de déchets sur la voie publique désormais sanctionné en France

Auteur

Kamdem Souop
Kamdem Souop 343 Articles

Écrivain, éditeur et spécialiste de communication sur le changement de comportement social, il a dirigé le journal en ligne www.villesetcommunes.info et la WebTv www.villesetcommunes.tv de 2011 à 2020.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu Cameroun

Est : nouveau délai fixé pour les logements sociaux de Bertoua

Le ministre de l’habitat Jean Claude Mbwentchou a visité les lieux le 4 juillet. Il a donné jusqu’à novembre prochain aux entreprises pour achever les travaux. Le ministre de l’habitat

Actu Afrique

Covid-19 : L’Afrique pourrait perdre jusqu’à 39 milliards de dollars US

Dans son rapport en date du 9 avril 2020 à propos des perspectives économiques du continent, la Banque Mondiale a mis en lumière les conséquences de la pandémie. En raison

Actu

A quoi ressemblera l’hémicycle après le 9 février 2020?

Peu importe le taux d’abstention lors du double scrutin de dimanche et les griefs qui peuvent être faits à la tenue des élections dans les régions anglopones, l’assemblée nationale sera

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire