France – Gouvernance locale: Les maires réclament une revalorisation des indemnités

France – Gouvernance locale: Les maires réclament une revalorisation des indemnités

Alors que le projet de loi « engagement et proximité » prévoit entre autres la revalorisation des rémunérations des maires, certains édiles considèrent que le gouvernement ne prend pas suffisamment en compte cette question et qu’il doit aller plus loin.

Les maires des petites villes demandent au gouvernement de « prendre à bras-le-corps » la question de la revalorisation des indemnités des élus urbains, dans le projet de loi qui doit être présenté en juillet.

Selon l’Association des petites villes de France (APVF), le gouvernement « refuse pour l’heure » de prendre suffisamment en compte la question.

« Diversifier le profil des maires »

Elle est « pourtant indissociable de notre capacité collective à diversifier le profil des maires et à rassurer les jeunes actifs qui doivent aujourd’hui aménager ou mettre en sommeil leur carrière professionnelle pour oser se présenter », écrit-elle dans un communiqué diffusé jeudi 4 juillet.

Le projet de loi prévoit en l’état de revaloriser les indemnités des maires des très petites communes (660 euros brut par mois actuellement pour celles de moins de 500 habitants), qui pourraient être alignées sur celles des maires des communes de 3 500 habitants, soit environ 1 670 euros.

Le projet de loi « engagement et proximité » doit, selon le gouvernement, permettre d’« accompagner et de sécuriser » l’exercice du mandat de maire.

Un texte concentré sur les très petites communes selon l’APVF

Selon l’APVF, le texte concentre l’effort sur les plus petites communes, « alors que c’est dans les petites villes, comprises entre 2 000 et 25 000 habitants, que les indemnités de fonction accordées au maire, autour de 1 900 euros net, apparaissent sans commune mesure avec le degré de technicité exigé, les responsabilités engagées et le manque de ressources humaines ».

Les élus réitèrent leur demande de voir les indemnités des maires portées au niveau de celles du Directeur général des services de leur commune.

Selon l’APVF, d’autres dispositions du projet de loi sont en revanche conformes à ses propres propositions, notamment pour améliorer le fonctionnement des communautés de communes (EPCI), où des élus se plaignent d’être dépossédés de leur pouvoir de décision.

source: ouest-france.fr

Précedent Protection de l'environnement - Garoua : 7 kgs d'emballages plastiques non biodégradables saisis
Suivant Coopération décentralisée : Tunis et Ottawa signent des programmes de développement forestiers

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 741 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu

Virus Ebola : La lutte contre le changement climatique sans doute l’une des clés!Virus Ebola : La lutte contre le changement climatique sans doute l’une des clés!

Une étude relie les risques d’épidémie du virus Ebola avec à la fois le changement climatique et la pauvreté. Même si elle peut inquiéter, elle fournit surtout des simulations offrant

Actu

Gestion des déchets : La Commune de Sangmélima se mobilise

Une campagne de ramassage de déchets non biodégradables a eu lieu ce vendredi 25 Octobre 2019, au cours de laquelle les pouvoirs publics en charge de ces questions s’y sont

Actu Cameroun

Gestion des flux migratoires : L’Union Européenne auprès de 15 communes

Partenaire du Cameroun, l’instance a débloqué un fonds spécial dans le cadre du lancement le 9 juillet 2019 à Yaoundé, du projet de développement économique et social des villes secondaires

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire