Québec : un projet de plateforme sur le développement territorial lancé

Québec : un projet de plateforme sur le développement territorial lancé

 A l’initiative de la Fédération québécoise des municipalités, le projet cible comme priorités le soutien au virage numérique ainsi que le rôle et la présence de l’État en région.

Analysant les taux de chômage et d’emploi des dix dernières années, elle constate que les régions ont peu ou n’ont pas pu profiter de la vague de création d’emplois qui a eu lieu au cours des dernières années.La Fédération québécoise des municipalités (FQM) a lancé, le 25 avril dernier, sa plateforme sur le développement territorial en vue des prochaines élections au Québec. Comprenant cinq axes d’intervention, le projet de plateforme sur le développement territorial qui a été discuté cible comme priorités le soutien au virage numérique ainsi que le rôle et la présence de l’État en région, et identifie des secteurs de développement à grand potentiel.

«En tant que gouvernement de proximité, nous sommes les mieux placés pour connaître les besoins de nos régions. En 2015, le gouvernement nous a donné la responsabilité du développement local et régional. Avec cette plateforme en développement territorial, nous souhaitons interpeller les différents partis politiques au cours de la prochaine campagne», a déclaré le président de la FQM, Jacques Demers.

Le projet de plateforme se veut, du moins en partie, une réponse à la note économique « Portrait de l’emploi : une croissance aux retombées limitées pour les régions », que la FQM a dévoilée le 25 avril également.

« La situation est très inquiétante. Les besoins sont criants et nous n’avons malheureusement pas les ressources humaines pour les combler. Il faut trouver des solutions, ainsi que miser sur les pratiques qui ont eu du succès dans les MRC et dans les municipalités. C’est l’objectif que nous nous sommes donné en créant la Table de concertation sur le développement local et régional », a indiqué la présidente de la Table, Nadia Minassian.

De plus en plus, les municipalités et les MRC se tournent vers l’immigration pour combler le manque de main-d’œuvre. Or, autre constat de la note économique, seulement 10 % des nouveaux arrivants s’installent dans les MRC en région, alors que ces dernières représentent près de 30 % de la population.

«S’il veut soutenir l’économie en région, le gouvernement devra non seulement mettre en place des mesures afin d’attirer les nouveaux arrivants en région, mais aussi des mesures afin de les accueillir et les retenir. Et les MRC et les municipalités locales sont les mieux placées pour réussir cette tâche», a conclu le président de la FQM.

Pour rappel, entre 2012 et 2017, les municipalités de moins de 10 000 habitants et les régions rurales du Québec ont perdu plus de 48 000 emplois et dans la même période, le nombre de chômeurs a diminué de près de 21 000 individus, un recul de 25,5 %.

 

 

SOURCE : Fédération québécoise des municipalités (FQM)

Précedent Gambie : une femme à la tête de la Mairie de Banjul
Suivant Fête de l’unité : Célébration en demi-teinte de la 46ème fête nationale

Auteur

Nadia Dicka Lobe
Nadia Dicka Lobe 97 Articles

Journaliste passionnée, elle fait ses débuts en presse écrite, puis en radio. Au fil du temps elle se familiarise avec la rédaction web. Récemment son travail est axé sur les questions de décentralisation, de gouvernance locale et de développement local.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu Monde

Municipales françaises: historique depuis 1945

9 et 16 mars 2008 
Prévues en mars 2007, les élections municipales ont été repoussées d’un an en raison de l’élection présidentielle et des élections législatives de 2007. Le premier

Actu Monde

Mal-logement : La Fondation Abbé Pierre publie un rapport accablant

Dans un rapport publié le 31 janvier 2014, la Fondation Abbé Pierre met à nu les conditions de vie difficiles des personnes copropriétaires d’immeubles dégradés. Selon ce 19e rapport sur

Actu Monde

France : fusion de 18 communes

« Mon maire, ce n’est plus mon maire ? » En Normandie, 18 communes fusionnent pour n’en former qu’une Petit Caux, en Seine-Maritime, fait partie des 230 communes nouvelles créées le 1er janvier

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire