HIMO : L’expérience qui vient de Sangmélima

HIMO : L’expérience qui vient de Sangmélima

Située dans la région du Sud, la commune de Sangmélima fait partie des premières terres d’expérimentation de l’application de l’approche HIMO au Cameroun. Le projet s’est étalé du mois d’avril à septembre 2013. Il s‘agissait pour les autorités municipales d’améliorer l’état de la voirie urbaine par le pavage d’un tronçon d’environ 350 mètres. Fruit de la signature d’une convention de partenariat avec le ministère de l’Economie de la planification et de l’aménagement du territoire. Comme l’indique M. Mathurin Bindoua, président de la commission des grands travaux de la commune de Sangmélima, le financement de ce projet salvateur était de 135 millions de F CFA.

Pour l’exécution des travaux, à partir de l’application de l’approche à Haute Intensité de Main d’œuvre (HIMO), la mairie a lancé un appel à candidature pour le recrutement des jeunes de la localité. Cet exercice a été facilité par des communiqués au niveau de la radio communautaire explique M. Bindoua. Il s’agit évidemment d’une exigence du décret du 24 mars 2014 sur les conditions de recours et d’application  des approches HIMO.

Suivant l’article 22 de ce texte signé du Premier ministre camerounais, les entreprises doivent mettre à la disposition du public, dans un délai de cinq jours du début du démarrage des travaux, les informations sur la nature de l’activité, les lieux de recrutement de la main d’œuvre et les dates effectives des chantiers. Aucun autre critère n’est imposé au postulant déclare le président de la commission des grands travaux de la commune de Sangmélima.

Et de poursuivre que dans le cas de sa commune, plusieurs centaines de candidatures ont été reçues. Au terme d’une sélection, 100 jeunes ont été retenus pour l’exécution des travaux sous la supervision d’un ingénieur recruté par une commission tripartite : commune, et les délégations départementales des ministères de l’Economie et celui des Travaux publics. Les travaux ont été livrés au bout de cinq mois au lieu de six mois initialement prévus.

Au niveau de la rémunération, les 100 ouvriers recrutés dans la commune ont perçu  d’une enveloppe globale de 45 millions de F CFA sur les 135 millions representant coût total du projet. En plus, précise M. Bindoua, chaque ouvrier a reçu une formation dans différents domaines : sur les techniques de fabrication des pavés, l’utilisation d’un compacteur ou encore des techniques approfondies sur la maçonnerie. Et de conclure que l’originalité de l’approche HIMO et de lutter contre le chômage et la pauvreté du niveau local.

Précedent Le gouvernement encourage l'approche HIMO
Suivant Perspectives : Réserve d'ouvriers qualifiés pour les communes

Auteur

Kamdem Souop
Kamdem Souop 336 Articles

Écrivain, éditeur et spécialiste de communication sur le changement de comportement social, il dirige le journal en ligne www.villesetcommunes.info et la chaîne de télévision www.villesetcommunes.tv.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu Cameroun

INCENDIE DE YAOUNDE VI : Le MINATD accorde un soutien de 100 millions FCFA

Ce montant inscrit dans le budget 2015 de cette commune est l’une des retombées de la descente de M. René Emmanuel Sadi, ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation

Actu Cameroun

Session extraordinaire du Parlement: Ce qui va changer pour la décentralisation

La convocation des deux Chambres par le président de la République le 11 décembre 2019, alimente les conversations au sein de l’opinion publique, concernant le developpement de proximité. Deux temps

Actu Cameroun

Chantiers routiers : les entreprises défaillantes dans le viseur de Ketcha Courtès

Le ministre de l’habitat et du développement urbain, menace de résilier les contrats des entreprises attributaires de marchés sous financement Fonds Routiers depuis 2013, qui n’ont pas livré leurs chantiers

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire