Coopération décentralisée : partenariat entre l’IRIC et l’Italie

Coopération décentralisée : partenariat entre l’IRIC et l’Italie

L’académie camerounaise des savoirs diplomatiques en partenariat avec la commune de Padoue en Italie, a organisé du 02 au 03 mai dernier à Yaoundé, un séminaire international sur la question.

La coopération décentralisée entre les mairies des pays du Sud et celles des pays du Nord a pris une importante dimension dans le développement des Relations internationales ces dernières décennies. Etudier et évaluer les relations entre collectivités territoriales décentralisées appartenant à des entités étatiques différentes, tel a été l’objectif de cette réflexion de haut niveau sur la coopération décentralisée. Ce séminaire international qui a consisté au croisement des visions entre les acteurs du Sud et ceux du Nord de la coopération décentralisée, participe également de la formation des étudiants dans le cadre du Master Coopération internationale, Action humanitaire et développement durable (CA2D) logé à l’IRIC. Ces assises ont également contribué au renforcement des capacités managériales des magistrats municipaux, sous le thème : «Quelle coopération décentralisée pour une émergence réussie du Cameroun en 2035 ?»

Placé sous la présidence des ministres des relations extérieures, de l’enseignement supérieur et de la décentralisation et du développement local (MINDDEVEL), ce séminaire connaitra la participation de Francesca Benciolini, maire adjointe de la Ville de Padoue, ainsi que plusieurs hauts responsables camerounais en charge des questions de coopération décentralisée. Au cours de son séjour au Cameroun, Francesca Benciolini a eu d’échanger avec certains membres du gouvernement camerounais et chefs d’établissements publics de l’enseignement supérieur.

Les attentes des participants ont été diversifiées. Liée par un accord avec une commune d’Alsace en France depuis près de dix ans, la mairie d’Akono par exemple, dans la Mefou et Akono a souhaité que cette coopération décentralisée soit plus fonctionnelle au plan national. « La coopération internationale est difficile à engager, mais surtout difficile à pérenniser. Elle s’opère plus en termes d’échanges de connaissances, de savoir-faire, d’organisation de nos services communaux. Le plus important à mon sens reste le transfert des compétences », a relevé Marie-Hélène Ngoa, maire d’Akono. De son côté, Bouba Hamadou, 1er adjoint au maire de Bogo dans le département du Diamaré, a perçu des éléments nécessaires de la coopération avec des communes étrangères.

Précedent Cameroon: living together in the North West and South West regions
Suivant

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 930 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu Cameroun

Prospective 2030: Aucune ville camerounaise émergente

Les projections sont disponibles depuis bientôt un an. C’est le Cabinet anglais, Oxford Economics qui a donné les prévisions de croissance économique dans les différentes villes Africaines en novembre 2013

Actu Cameroun

FORETS COMMUNALES: 13,7 milliards pour les industries

Le 16 janvier dernier, les maires des communes forestières du Cameroun se sont retrouvés à Yaoundé à l’effet de prendre meilleure connaissance du Programme national d’appui à la transformation des

Actu Cameroun

Sénat: Six projets de loi en examen

La séance plénière a été conduite jeudi 21 mars 2019 au Palais des Congrès par Marcel Niat Njifenji, le président de la chambre.

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire